back

Les bons mots pour définir les violences sexistes et sexuelles

Un "pédophile" ? Non, un "pédocriminel". Un "drame conjugal" ? Non, un "féminicide". Pour Caroline De Haas du collectif Nous Toutes, voilà pourquoi il est important d'utiliser les bons mots.

Savoir définir les violences sexistes et sexuelles

De nombreux termes sont employés pour qualifier les violences sexistes et sexuelles : « attouchements », « frotteur », « gestes déplacés », « abus sexuels ». Ils ne sont pas toujours justes. Caroline De Haas explique quels sont les termes appropriés.

« En fonction des mots que vous utilisez, vous allez créer des images et des perceptions différentes », indique Caroline De Haas, Militante féministe et fondatrice du collectif #NousToutes.

Les agressions sexuelles

Le mot « attouchements » ne figure pas dans le Code pénal, « donc quand on parle d’attouchements, on décrit quelque chose qui n’est pas qualifié », explique Caroline De Haas. Généralement, lorsque l’on parle d’attouchements, il est question de main aux fesses ou aux seins. Il s’agit, en vérité, d’une agression sexuelle.

« Imaginez, vous êtes en soirée avec des potes, et là une copine dit : "Oh là là, hier dans le métro j’ai été victime d’un attouchement." Une heure après, une autre copine dit : "Oh là là, hier soir dans le métro, j’ai été victime d’une agression sexuelle." Laquelle des deux expressions paraît la plus grave ? »

Le terme « agression sexuelle » qualifie les choses de manière juste, d’après la militante. En revanche, le mot « *attouchement *» est un euphémisme. Il rend la réalité moins grave que ce qu’elle est vraiment.

Les « gestes déplacés »

Le terme « gestes déplacés » est souvent utilisé pour qualifier du harcèlement sexuel ou une agression sexuelle. L’expression est inappropriée. De plus, elle banalise l’action et brouille les pistes, puisqu’on ne sait pas exactement de quoi il est question.

« Au travail, si vous avez un collègue qui, tous les matins, vous mime un acte sexuel et que ça génère chez vous du stress, du malaise, ça s’appelle du harcèlement sexuel. Un geste déplacé, ça peut être aussi, par exemple, une main aux fesses. Ça, c’est une agression sexuelle », note Caroline De Haas.

L’expression « frotteur » est aussi une façon de minimiser l’acte de l’agression sexuelle. C’est un délit pouvant être puni de cinq à 10 ans de prison en France.

« On ne peut pas abuser d’un enfant »

« Abus sexuels » est un terme qui n’existe pas dans le Code pénal non plus, indique la fondatrice de #NousToutes. Ce sont pourtant des mots régulièrement utilisés pour évoquer les agressions sexuelles et les viols sur mineurs. D’autre part, le mot « abus » définit l’usage excessif de quelque chose.

« Vous avez mangé beaucoup de chocolat, vous avez abusé. Vous avez passé beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, vous avez abusé. Vous êtes allé trop loin, c’est de l’abus. Est-ce que, en matière de violence sur les enfants, là ça va, là ça va, et puis oh ! Oh bah non, mais là, non mais là, tu as abusé. Ça ne fonctionne pas. On ne peut pas abuser d’un enfant. »

Le terme approprié est « pédocriminalité » ou « pédocriminel ». Car la « pédophilie », dont l’étymologie est l’amour des enfants, est un terme injustement employé, d’après Caroline De Haas.

Le « drame conjugal », un terme cinématographique

« Quand on parle de "drame conjugal", on fait appel au vocabulaire un peu cinématographique, un "drame" », analyse la militante. Il est pourtant utilisé pour désigner un meurtre aggravé ou un féminicide, qui sont les termes corrects.

D’après Caroline De Haas, les expressions « drame conjugal » et « drame passionnel » devraient disparaître du vocabulaire. Elles ont en effet tendance à banaliser la réalité des faits et masquent la responsabilité des personnes violentes.

« En matière de langage, chacune et chacun peut agir. Évidemment que les médias, les journaux, les télés, ont une responsabilité importante. Mais chacune et chacun d’entre nous peut faire bouger les lignes », assure la militante. Les mots employés ont un impact sur les victimes, qui peuvent culpabiliser, ou sur les agresseurs, dont les actes sont banalisés.

11/25/2020 7:16 AM
  • 1M
  • 386

199 comments

  • Roland D.
    05/18/2021 13:36

    Mais quand un homme tue un homme ou une femme tue un homme on appelle ça comment du coup ? 🤔

  • Farid L.
    05/17/2021 01:00

    La raison d'où la langue française est inventer non par un français et le français à rajouter des mots inexistants ce qui prouve une intelligence de 0.09% et la justice utilise des mots qui ne font pas partie des loi! À cause de cela bcp sont juger à tord et qu'ils n'ont rien fait.

  • Angélique C.
    05/16/2021 22:42

    Tellement ça.... Merci pour ce que vous Faites. Les formations bravo également 👌

  • Manon L.
    05/16/2021 22:07

    !!

  • Quoc-Phong N.
    05/16/2021 19:14

    Ah tiens ! Elle a oublié de dire que « féminicide » (je la cite) : « c’est un mot qui n’existe pas dans le code pénal, dans la loi française » 🙄 Du coup, il ne faudrait pas l’employer non plus, c’est ça ? 🤔 Ah mais si ! Puisque « en fonction des mots que vous utilisez, vous aller créer des images et des perceptions différentes ». Ouf ! Nous voilà sauvés pour bien comprendre ce qu’il faut comprendre de cette brillante démonstration 😅

  • Rtom R.
    05/16/2021 18:35

    Excellentes explications ! Les mots ont une grande importance ! Merci.

  • Natty C.
    05/16/2021 12:15

    Tout est une agression sexuelle, donc au final on ne sait plus de quoi ou qui sont victimes les personnes agressées 🤣.

  • Ludovic M.
    05/16/2021 10:21

    Merci madame 👏 Les journalistes et leurs choix de mots, quand je les attends ça ne rate pas

  • Arky C.
    05/16/2021 07:28

    L'initiative est bonne mais dans l'explication ici il y a clairement une volonté d’exagérer l'imaginaire avec des termes plus impactant, ça ne rend pas la compréhension plus précise.

  • Valérie B.
    05/16/2021 07:26

    Très intéressant. Le language a un impact important sur la pensée.

  • Jean C.
    05/16/2021 04:52

    Mal nommer les choses c est ajouter au malheur du monde.... Albert Camus.... 🤔

  • Hakim P.
    05/15/2021 23:01

    C'est presque des synonymes des concepts mais attention c'est scientifique pourquoi on demande pas l'avis des psychanalystes c'est mieux merci

  • Henry D.
    05/15/2021 20:37

    Elles ont des gueules de taupe

  • Yasmine B.
    05/15/2021 12:15

    Excellent

  • Ma J.
    05/15/2021 10:15

    Imposer des mots pour standardiser la pensée. Pensée unique.

  • Frederic G.
    05/15/2021 09:48

    Vos gueules les féminazies , tout ce qui sort de votre clapet est empoisonné !!! Brut , c'est vraiment la fosse septique du progressisme !!! Pouah quelle odeur ...

  • Naciri M.
    05/15/2021 09:46

    Brut. Vous êtes des bons.

  • Ithiel F.
    05/15/2021 08:22

    C'est tellement vrai. 🤔

  • François L.
    05/15/2021 07:02

    L’agression sexuelle c’est qu’elles partie du corps. Si un fétichiste marche volontairement sur le pied d’un femme est ce que c’est une agression sexuelle ?

  • Anne C.
    05/14/2021 21:14

    Et lorsque lors du drame conjugal c'est la femme qui tue le mari on appelle ça comment ? Ou alors c'est pas considéré comme un drame ?