Asexualité : ils démystifient cette orientation sexuelle sur TikTok

"Le sexe ne me dérange pas mais je ne ressens aucune attraction." L'asexualité, ce n'est pas ce que l'on croit. Asexués, ils se livrent sur TikTok.

Demisexualité, sex-favorable… Une diversité d’orientations de l’asexualité

“L’une des fausses idées que je retrouve le plus souvent, en tant qu’asexuel, est que l’asexualité signifie, en gros, une absence de vie sexuelle”, explique une personne asexuée.

Sur TikTok, ces créateurs et créatrices ont décidé d’informer les gens sur l’asexualité, une orientation sexuelle encore très méconnue qui se caractérise notamment par une absence d’attraction sexuelle pour les autres. Mais pas que.

L’asexualité est un terme générique qui regroupe en réalité différentes formes d’orientations.

“Il y a des gens comme moi qui sont “sex-favorable”, ce qui signifie que le sexe ne me dérange pas et que je l’apprécie, mais je ne ressens aucune attraction, et je n’en ai jamais ressenti” déclare une autre jeune femme.

Créatrice sur le réseau social, Anne répond à 7 questions simples sur l’asexualité.

“Je ne vous demande pas de comprendre, je vous demande juste d’avoir de la compassion”

“Asexualité grise”, “demisexualité”.. Différentes orientations existent chez les personnes asexuées. “Personnellement, je suis “sexually-repulsed”. Je n’ai pas envie que l’on me touche en dessous de la ceinture” explique une jeune femme sur TikTok.

“Ca m’a pris longtemps de me rendre compte que j’étais ace (asexuelle). La plupart du temps, je pensais vraiment que j’étais bi, parce que je ressentais la même chose pour les femmes et les hommes.

Plus tard, j’ai découvert que la raison pour laquelle je ressentais la même chose pour les deux était que je n’étais attirée ni par les uns ni par les autres” confie une autre personne.

En s’exprimant sur l’asexualité, ces créateurs veulent faire connaître davantage cette orientation pour notamment être plus compris.

“Je ne vous demande pas de comprendre l’asexualité. Je vous demande simplement de me laisser moi, asexuel, vivre. Il faut juste avoir de la compassion” affirme un autre créateur.

Endométriose, fibromes, vaginisme… Libérer la parole sur la santé intime et sexuelle et orienter les femmes vers des experts, c'est l'idée de Juliette avec son application My S Life.

avatar
Brut.
8 de mayo de 2022 9:24