retour

Zéro femme dirigeante au sein du CAC 40

Zéro. C'est le nombre de femmes dirigeantes au sein du CAC 40 en 2020. Pourtant, plusieurs solutions existent pour renforcer l'égalité entre les femmes et les hommes dans l'économie française, selon Dunya Bouhacene, présidente de Women Equity.

Femmes dirigeantes d’entreprises : il y a encore du travail

Aucune femme n’est dirigeante au sein du CAC 40. Et les entreprises dirigées par des femmes ont six fois moins de probabilités d’être accompagnées par les acteurs du capital-investissement français.

Zéro. C’est le nombre de femmes dirigeantes au sein du CAC 40. Elles forment pourtant la moitié de l’emploi, elles sont majoritaires à rafler les mentions au baccalauréat, majoritaires à intégrer les grandes écoles de commerce et majoritaires à sortir diplômées du troisième cycle de l’enseignement supérieur. « Il y a tout un poids de stéréotypes véhiculés par les familles, par l’école, par les entreprises, par le politique, par les médias. Évidemment, c’est compliqué de se défaire de tout ça », analyse Dunya Bouhacene, fondatrice de Women Equity.

Au sein du SBF 120, les femmes dirigeantes ne sont qu’une dizaine

Par ailleurs, au sein du SBF 120, qui regroupe les 120 plus grandes entreprises françaises cotées en bourse, les femmes dirigeantes ne sont qu’une dizaine. En 2011 pourtant, la loi Copé-Zimmerman avait été adoptée pour contraindre les grandes entreprises et entreprises de taille intermédiaire à compter au moins 40 % de femmes dans leur conseil d’administration. Problème : « Vous ne pouvez pas, aujourd’hui, dans le droit tel qu’il est structuré, faire en sorte de décider comment sont nommés les dirigeants de l’entreprise », explique Dunya Bouhacene.

Malgré l’objectif atteint dans les conseils d’administration donc, la loi n'a pas enclenché une dynamique paritaire qui s'étendrait aux comités exécutifs – les comex – où se prennent les grandes décisions. « En 2011, on partait de 10 % de femmes administratrices, donc membres de conseils d’administration. On est passés à 45. En 2011, on partait de 8 % de femmes membres de comex, on est passé à 17 %. On voit bien que la progression n’est pas la même et n’est pas aussi rapide », déplore la fondatrice de Women Equity.

Sans la nommer, Dunya Bouhacene prend l’exemple d’une très grande entreprise française. « Elle présente un taux absolument magnifique de 58 % d’administratrices à son conseil d’administration. Mais elle a zéro femme à son comex, alors même qu’elle a 20 % de hauts potentiels féminins. »

« Une démarche très volontariste ne suffit pas »

En outre, les PME et ETI ne sont pas impactées par la loi Copé-Zimmerman, étant à plus de 80 % organisées en SAS. 55 % de l’emploi est rassemblé au sein de ces structures. Près de 20 % de ces PME et ETI sont dirigées par des femmes, et on s’aperçoit qu’elles ont en moyenne six fois moins de probabilités d’être accompagnées par les acteurs du capital-investissement français que quand elles sont dirigées par des hommes.

Pour Dunya Bouhacene, plusieurs solutions existent pour favoriser la féminisation des entreprises. « Tout le monde a un rôle à jouer. Le politique, les médias, les entreprises, les familles, l’éducation nationale… On voit bien qu’une démarche très volontariste ne suffit pas. J’aurais tendance à dire qu’il y a peut-être des solutions plus simples, plus rapides et tout aussi efficientes. » La fondatrice de Women Equity propose notamment de demander aux entreprises de rendre leur comex public.

Sans augmentation du nombre de femmes cheffes d’entreprises, Dunya Bouhacene craint que les stéréotypes sexistes perdurent. « Plus vous parlez de dirigeantes auxquelles des tiers peuvent s’identifier, plus vous témoignez qu’elles ont des profils remarquables de leadership, des histoires entrepreneuriales incroyables. Plus vous faites en sorte qu’il devient de plus en plus absurde de se dire qu’un profil de dirigeant, c’est un cadre quadra-quinca passé par les grandes écoles, coopté par ses paires, circulant dans certains réseaux et que le monde se résume à ça. »

15/07/2020 06:30mise à jour : 15/07/2020 11:59
  • 479.3K
  • 363
Brut - Le livre

249 commentaires

  • Ndom B.
    04/08/2020 21:14

    C'est simple tu veux diriger une entreprise du cac 40: Crée ton entreprise digne voire mieux que celles du cac 40 et tu seras à la tête d'une entreprise du cac 40 POINT!!

  • Odeline F.
    26/07/2020 11:52

    Peut-être parce qu'on s'en balek du pouvoir ?

  • Carole P.
    26/07/2020 07:24

    Jsuis une femme et moi au cac 40 je réforme cette merde qui est injuste humainement comme ecologiquement ou carrément j'invente un nouveau système.. Bref vous l'aurez deviné j'en voudrais pas tel qu'il est😆

  • Sophie C.
    26/07/2020 04:46

    La mentalité des français dans l’environnement du travail est peu adaptée aux femmes, malheureusement !

  • Peticouz P.
    26/07/2020 00:38

    Pourquoi toujours vouloir la place des hommes ces pas parseque ya pas de femme que faut criée aux parité

  • David M.
    25/07/2020 23:57

    On s en fout.

  • Binyamine L.
    25/07/2020 22:15

    On a pas de patronne au CAC parce qu'une vie de con comme ça, il n'y a que les hommes pour en vouloir... Sinon et chez les éboueurs, on les attends aussi les femmes. Et chez les infirmières, on oblige la parité aussi ?

  • Brian G.
    25/07/2020 20:58

    Et toi t’es l’ordure que je ramasse

  • MatOune N.
    25/07/2020 20:41

    Euh et Sophie Belon PDG de Sodexo ! Même si le groupe est sorti du cac à la fin du confinement elle en faisait parti quand même. Bon ok 1 seule c’est pas foufou mais c’est pas 0.

  • Loic B.
    25/07/2020 19:22

    Cela devrait être obligatoire, elles apporteraient de la fraîcheur dans nos sociétés. Je crois quelles serais beaucoup plus pertinentes pour l'entreprise. Lorsque que je regard mon groupe pour lequel je travail et notamment la société pour laquelle je bosse et bien je peux vous certifier que les hommes qui sont a la tête sont vraiment des buses de première catégorie. Le pire ces personnes pensent qu'ils ont raisons.

  • Christophe P.
    25/07/2020 17:43

    Moi non plus et j en fais pas un flan !

  • Alexis F.
    25/07/2020 17:29

    rééquilibrer la balance entre femme/homme dans le patronnat du cac40, pourquoi pas. mais dans l absolut ça va strictement rien changer dans la phase du monde...ça reste de la branlette tout ça. Attaquons nous aux vrais problèmes

  • Marty M.
    25/07/2020 11:17

    Elle veulent être de partout en faite 😂 c’est gonflant on dirait des moutons à vouloir faire tout comme les hommes.

  • Emy Y.
    25/07/2020 08:21

    On voit ce que ça donne un monde dirigé par des hommes : ça joue aux petits soldats, à celui qui pissera le plus loin et à Yu-Gi-Oh : toujours plus loin, toujours plus haut. Il serait temps que le monde soit dirigé par une véritable parité hommes/femmes. Nous sommes complémentaires et il est temps que nos compétences et forces communes soient associés au lieu d'estimer que "chacun son métier" C'est faux et archi faux. De même qu'un monde dirigé par des femmes ne serait pas optimal car nous avons besoin les uns des autres. Il serait temps que ça bouge !!!

  • Emeric M.
    25/07/2020 08:09

    ce n'est pas qu'il faut plus de femmes au cac40, c'est juste qu'il faut plus de cac40.

  • Julie S.
    25/07/2020 06:18

    Ce qui prouve bien que la direction de grands groupes industriels infâmes, cette guerre boursière inutile, cette course à la flatterie de l ego, tout ce capitalisme puant, tout ceci est le seul fait des hommes, avec un petit « h »....et pas que....😏

  • Gaël D.
    24/07/2020 21:10

    Bah il est temps de se réveiller 😂

  • Fer D.
    24/07/2020 20:27

    Je suis pour la parité, mais si au final le résultat reste le même ! Cela change quoi pour nous ? 0+0=0 ... La vraie question est là finalement, l'intérêt réel ou se trouve t-il dans cette histoire ! Mettre des femmes a des postes importants, pour ne rien faire ou ne rien changer. Enfin un peu de sérieux les filles, pourquoi ? Les hommes le font déjà si bien....

  • Cyril C.
    24/07/2020 19:29

    Le CAC 40 summum de l’ inégalité ... rien d’ étonnant ... pensez vous....ces entreprises qui ignorent la moindre compassion envers ce qui n’ ont rien et dont le but est de marger un maximum pour reverser aux actionnaires. Honneur aux femmes qui ne se lancent pas dans cette compétition ou la reconnaissance du « meilleur » est celle qui aurait écrasée les autres ? Je ne vois pas la recherche d’ égalité qu’ auraient à gagner les femmes dans cette jungle d’entreprises où règne des directions à l’état d’esprit égoïste et cynique qui vivent des inégalités mondiale ... Ils vaut mieux lutter pour l’ égalité démocratique , des droits, de penser etc... et même quand les dirigeants de ces entreprises sont incapables de tenir leur poste et coulent la boite, ils ont droit au parachute doré, ils prennent des risque avec le travail des autres ... Ils n’ assument pas les conséquences de leurs décisions quand ils mènent l’ entreprise à l’ échec, par contre si elle fait des résultats là ils demandent en plus une réévaluation de la rémunération ...à tous les coups gagnants. Il existe un autre type d’ entreprises où la gouvernance et l’ état d’ esprit est différent .

  • Bribe L.
    24/07/2020 19:23

    En même temps faire partie des dirigeants du CAC 40 c’est pas vraiment une progression, à mon sens

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.