"Burning Man" a-t-il trahi ses valeurs ?

Au début, c'était un petit festival roots au milieu du désert fondé sur le don et la collaboration. Aujourd'hui, il est fréquenté par des milliers de personnes, parmi elles des dirigeants de la Silicon Valley... "Burning Man" a-t-il trahi ses valeurs ?

C’est devenu quoi le Burning Man ?

Au début, le Burning Man était un petit festival en plein désert, qui reposait sur le don et la collaboration. Aujourd'hui, il est fréquenté par des milliers de personnes, dont des dirigeants de la Silicon Valley… Alors le Burning Man a-t-il trahi ses valeurs ?

« Le Burning Man, pour moi, c'est des échanges précieux avec des personnes différentes les unes des autres » déclarait Sage, participant du Burning Man en 1998. Le Burning Man, c’est l'histoire d'un événement de contre-culture qui aurait trahi ses valeurs. Depuis une trentaine d'années, le Burning Man, soit « L'homme qui brûle » en français, se tient chaque année lors de la dernière semaine d'août dans le désert de Black Rock, au nord-ouest du Nevada.

C'est à la fois une rencontre artistique, un mouvement culturel, une ville éphémère, fondée sur des principes tels que : la liberté d’expression, l’autosuffisance, la collaboration, l’inclusion et la coopération. « On n'arrête pas d'utiliser le terme “radical”. C'est un peu radical en effet, mais c'est à prendre dans les deux sens du terme. C'est le fait de repousser les limites, mais c'est aussi ce qui est profondément enraciné dans l'âme humaine » estime Larry Harvey, cofondateur de Burning Man.

16 500 dollars pour une semaine de festival

Mais ces dernières années, Le Burning Man est devenu l'endroit privilégié des dirigeants de la Silicon Valley. Certains les accusent d'avoir modifié les valeurs fondatrices, en profitant notamment de services de luxe. « Les gens qui ont payé pour le camp ont dû débourser à peu près 16 500 dollars pour la semaine » précise Felix Gillette, journaliste à Bloomberg. « Les gens qui ont beaucoup d’argent peuvent très facilement exploiter le système » estime un artiste présent à Burning Man.

Les organisateurs appellent à préserver la philosophie initiale du Burning Man

En 2016, le White Ocean, un campement destiné aux plus riches, a été vandalisé. « Depuis peu, certaines choses menacent le tissu de notre communauté. Les participants abandonnent énormément de vélos (…), utilisent beaucoup trop de vélos électriques. (…) Les séances photos sur la Playa augmentent à une vitesse alarmante et les gens, de plus en plus, ne prêtent attention qu'aux grandes pièces artistiques et au spectacle » déplorait le Guide de survie du Burning Man de 2018.

Les organisateurs ont appelé les participants à préserver et promouvoir la philosophie originelle du Burning Man. En 2019, des changements ont été apportés pour « soutenir la diversité économique » et « réduire la culture du moindre effort ».

avatar
Brut.
25 août 2019 06:28