4 photos qui ont marqué la vie de Sebastião Salgado

Les puits de pétrole incendiés du Koweït, les orphelins du Zaïre... 4 photos qui ont marqué la vie du photographe brésilien Sebastião Salgado.

4 photos qui ont marqué la vie de Sebastião Salgado

Les puits de pétrole incendiés du Koweït, les orphelins du Zaïre… 4 photos qui ont marqué la vie du photographe brésilien Sebastião Salgado.

Koweït, 1991

Sebastião Salgado raconte qu’à ce moment-là, les troupes de Saddam Hussein avaient mis le feu à plus de 600 puits de pétrole au Koweït. Il ajoute “J'étais complètement couvert de pétrole. Les ouvriers étaient complètement couverts de pétrole. Et pour protéger la caméra, avec les fumées, changer les pellicules… c'était quelque chose de très dramatique et de très spécial.

Zaïre, 1994

Le phographe replace la photo dans son contexte : “Ces enfants n'avaient ni père ni mère. Et ce qui est stupéfiant, quand vous regardez la photo, c'est que l'un des trois enfants a les yeux un peu fermés. Il était sur le point de mourir… Et quelques instants après que j'ai pris la photo, il n'était plus là. Il était mort.” Après toute cette violence qu’il a vue se produire dans les camps de réfugiés et au Rwanda lors du génocide, Sebastião Salgado est tombé malade : “j’ai commencé à avoir d'énormes problèmes psychologiques, une énorme dépression dans la mesure et, après cette histoire, j'ai décidé d’abandonner la photographie.

Brésil, 2000

Le photographe raconte que cette époque correspond à celle où ses parents trop âgés, ont pris la décision de donner leur ferme à sa femme et lui. Il décrit : “On peut voir là la terre, une terre sans arbres, avec une énorme érosion. Si vous regardez bien cette photo, on peut voir beaucoup d'érosion sur cette terre. Mais si on fait plus attention, on peut voir des petits trous, des petites taches sur la photo. Et dans l'un des milliers de ces trous qui sont sur cette photo, nous avons planté un arbre.C'était le moment où on réhabilitait toutes ces terres dégradées. Et on a replanté la forêt tropicale qui était là avant." En réalité, ce sont des millions d'arbres qui ont été plantés. Il ajoute : “Et en voyant les arbres qui revenaient, voir les insectes, les oiseaux, toute la faune qui revenait dans la forêt m'a redonné un énorme désir de photographier à nouveau.

Brésil, 2016

Quand vous voyez le volume de ces nuages, quand vous voyez la quantité d'eau que nous avons avec cette pluie et les éclairs qui se produisent, ce n’est pas possible de le montrer vraiment en photo. Ce qu’il se passe là-bas est beaucoup plus impressionnant, ça n'arrive que là, c'est spectaculaire, c'est quelque chose d'unique sur la planète. Ce système d'humidité est très important pour la survie de la planète." Pour le photographe, si nous n'agissons pas ensemble sur toute la planète, nous ne pourrons pas sauver l'Amazonie.

L'Amazonie est l'affaire de nous tous, si nous ne nous sentons pas complètement concernés par l'Amazonie, nous perdrons l'Amazonie.

avatar
Brut.
8 juin 2021 10:31