Albert Dupontel et les absurdités de la société moderne

"La meilleure façon de redonner une identité à un pays en perdition, c'est la culture." Dans son dernier film "Adieu les cons", Albert Dupontel dénonce les absurdités de notre société. Brut l'a rencontré.

Albert Dupontel : le déclinisme de la société moderne

Dans son dernier film, Albert Dupontel met en scène un dépressif, un archiviste aveugle et une coiffeuse mourante à la recherche de son fils. Dans leur quête, les protagonistes se confrontent à la société moderne.

JB est un dépressif en burn out, Suze Trapet une coiffeuse mourante à la recherche de son fils né sous X, et M. Blin un archiviste aveugle. Les trois personnages sont issus de Adien les cons, une réalisation d’Albert Dupontel. L'histoire d'une quête administrative pour retrouver l’enfant de Suze dans une société impitoyable.

Une époque difficile

Dans son film, Albert Dupontel dénonce les faits absurdes de la société actuelle. « Le conditionnement, il commence à l’école. Un enfant est un génie, il sait marcher et il sait parler tout seul et on le met à l’école et bizarrement, il ne sait plus rien faire. Pourquoi ? Parce que l’école cherche absolument à le formater avec un monde extérieur qui s’avère de plus en plus déviant. Il l’a déjà été mais en ce moment il l’est particulièrement », remarque-t-il.

Pour lui, nous vivons une époque difficile contrairement aux génération précédentes. Toutefois, il garde espoir. L’acteur et réalisateur observe une « montée d’intelligence collective ». « Il y a des gamins qui vont arriver, qui écoutent, qui voient des films, qui commentent, qui sont intelligents dans le bon sens du terme. Et peut-être un jour, ces gens-là vont, j’espère assez rapidement, changer le cours des choses qui, pour l’instant, paraît un peu inéluctable. Je crois au genre humain désespérément et j’espère que les gens vont être de plus en plus nombreux à raisonner par eux-mêmes. Et là, on s’en sortira. »

Il souhaite passer un message : « Exprimez-vous si vous partagez ces sentiments-là, prenez le contrôle du monde qui arrive. Moi, je suis déjà trop vieux, mais il y a des tas de choses à faire. » Selon lui, la meilleure façon de redonner une identité à un pays, c’est la culture. Albert Dupontel pense que l’Europe est en train de disparaître et qu’il s’agit d’une tragédie.

avatar
Brut.
22 octobre 2020 06:29