Anxiété généralisée : pour Théo Grosjean, les fêtes de fin d'année sont une épreuve

Sur Instagram, il est "l’Homme le plus flippé du monde". Théo Grosjean est dessinateur et sujet à l’anxiété généralisée. Il raconte.

Lorsque les fêtes de fin d’année deviennent une source d’angoisse

Théo Grosjean est l’auteur de “l’Homme le plus le plus flippé au monde”, la bande-dessinée humoristique sur Instagram. Pour le dessinateur, sujet à l’anxiété généralisée, les fêtes de fin d’année sont une vraie source d’angoisse…

La soirée du Nouvel An c'est un moment qui est peut-être le paroxysme de l'anxiété pour moi”, confie Théo Grosjean. Arriver dans un nouveau lieu, être entouré de gens inconnus, devoir entamer une conversation… il s’agit d’une véritable source d’angoisse pour le dessinateur. En effet, ce qui est naturel pour certains, ne l’est pas pour d’autres. Théo Grosjean, lui, aura tendance à se poser plein de questions et avoir un flot de pensées constant qui l’empêchera d’intégrer une conversation de manière naturelle : “Même une fois que j'ai réussi à m'intégrer à une conversation, je vais toujours me dire que je suis pas assez intéressant (…). Le fait de se poser toutes ces questions, bah ça me rend pas très fun (…), et du coup ça fait une espèce de cercle vicieux.

“On se rend compte que l’anxiété, c’est drôle”

Si Théo Grosjean angoisse autant, c’est parce qu’il est sujet à l’anxiété généralisée. L’anxiété généralisée apparaît lorsque toute forme de situation créer de l'anxiété chez la personne. Être sociable, rencontrer des gens, discuter, interagir, créer des liens sociaux, s'endormir le soir… “Toutes ces choses là, c'est (…) comme s'il me manquait un manuel à la naissance que je n'avais pas eu et que je dois tout réapprendre”, explique Théo Grosjean. Cependant, depuis qu’il s’est lancé dans la création de sa série “l’Homme le plus flippé au monde”, Théo va mieux. Il dessine des situations anodines, vécues comme si elles étaient extrêmes, ce qui, finalement, dédiabolise l’anxiété : “Dès lors qu'on prend peu de recul, on se rend compte aussi que l'anxiété, c'est drôle. (…) Il faut le prendre avec humour.

avatar
Brut.
30 décembre 2019 07:55