retour

Ingrid Chauvin raconte son combat pour adopter un enfant

Depuis 4 ans, l'actrice Ingrid Chauvin cherche à adopter un enfant. Dans le documentaire "Notre combat pour adopter", elle raconte les difficultés auxquelles elle doit faire face…

Ingrid Chauvin raconte son combat pour adopter un enfant

« À mon sens, il y a une injustice totale. » Depuis 4 ans, l'actrice Ingrid Chauvin cherche à adopter un enfant. Dans le documentaire "Notre combat pour adopter", elle raconte les difficultés auxquelles elle doit faire face…

« Quand je pense à cette journée que j'ai passée dans une pouponnière, autour de ces 40 enfants âgés de quelques mois à 3 ans qui sont là, sans parent. Et je n'ai eu qu'une envie, c'est de repartir avec » raconte Ingrid Chauvin. Depuis 4 ans, l'actrice Ingrid Chauvin cherche à adopter un enfant. Dans un documentaire diffusé sur TF1, elle raconte les difficultés auxquelles elle doit faire face.

En 2014, sa fille de 5 mois décède. Deux ans plus tard, elle donne naissance à un petit garçon, Tom. « Après la naissance de Tom, il a fallu qu'on révise notre projet, pour qu'il y ait une logique familiale, on se doit d'accueillir un enfant qui est plus petit que l'enfant qui se trouve déjà à la maison » explique Ingrid Chauvin.

Elle raconte le sentiment de solitude et surtout l’attente, longue et douloureuse, qui accompagne cette démarche d’adoption. « À partir du moment où on a l'agrément, on ne peut pas s'empêcher de penser à son téléphone en disant : “En fait, on peut nous appeler demain, après-demain…” » raconte Ingrid Chauvin. Après l’euphorie, lorsqu’elle obtient enfin son agrément, l’actrice Ingrid Chauvin s’est vite rendue compte que l’attente était loin d’être terminée.

Le problème, c’est que le nombre de candidatures est généralement beaucoup plus élevé que le nombre d’enfants pupilles. Seulement 10 % des couples arrivent à adopter, alors « qu'il y a énormément d'enfants délaissés dans des foyers ou dans des familles d’accueil » lance Ingrid Chauvin.

« Il n'y a pas de loi nationale concernant l'adoption. C'est-à-dire que chaque département fait comme bon lui semble » déplore l’actrice. De plus, les informations qu’elle reçoit ne sont pas toujours complètes. Elle a par exemple appris très tard que lorsqu’on possède un agrément national, on peut l'envoyer à tous les départements.

« Il y a en France, ce lien du sang, qui me semble prioritaire et qui fait que, malheureusement, il y a très, très peu d'enfants qui deviennent adoptables » déplore Ingrid Chauvin. « Certains parents, ne serait-ce qu'en donnant quelques nouvelles (…), ou une lettre, une visite même pas régulière, gardent, malgré tout, ce droit parental. Cet enfant reste en famille d'accueil ou en foyer et ne peut pas être adopté. Et là, à mon sens, il y a une injustice totale » ajoute l’actrice.

Après 4 ans de demande d'adoption, son agrément s'achève en novembre 2019. L’actrice ne sera alors plus autorisée à adopter. Ingrid Chauvin essaye de se préparer à cette idée. « Je pense surtout aux couples qui ne peuvent pas avoir d'enfant. (…) pour eux, c'est extrêmement douloureux. Et je pense à ces enfants que j'ai rencontrés (…) qui n'ont pas de papa qui dorment dans des dortoirs et qui n'ont pas de maman… Ça fait mal, quoi ! (…) Donc j'aimerais que ça change tout simplement » conclut Ingrid Chauvin.

11/06/2019 08:01
  • 4.8m
  • 2.0k

1645 commentaires

  • Brut
    10/06/2019 20:24

    Le documentaire "Notre combat pour adopter" sera diffusé ce lundi 10 juin à 23h10 sur TF1.

  • Mathis N.
    10/06/2019 20:28

    Oui il y a sans doute une injustics pour elle, mais combien de familles heureuses de pouvoir adopter, sur 100 familles en attente, 8 seulement seront parent adoptant, ça en fait 92 qui subissent cette même injustice, et elle a un petit garçon .... donc c'est pas "réellement " injuste...

  • Benjamin B.
    10/06/2019 20:31

    intéressant le passage sur le droit parental. C'est ce que je vous disais : un contact par an = t'es pas adoptable.

  • Regine G.
    10/06/2019 20:31

    Très long et dure le combat pour une adoption et encore plus dure quand on a pas les moyen

  • Christian T.
    10/06/2019 20:32

    Elle peut adopter tout les petits djihadiste 🤔😂🤣😂🤣😂

  • Rémi R.
    10/06/2019 20:32

    Ben nous c'est fait depuis longtemps, sans tout ce tralala. Ça à duré 2 ans. Le petit type venait de Corée. Il a un frére ainé biologique. Ils sont grands maintenant. Ils s'adorent et je les adore. La jeune dame n'a pas fait l'oeuf. Bonne nuit.

  • Nat T.
    10/06/2019 20:33

    Mme chauvin très naturelle... J ai adoré votre petit récit sur l adoption d un enfant sur l injustice des placements oui oui il y a vraiment du boulot en France de ce côté là.....

  • Jean T.
    10/06/2019 20:34

    Franchement elle pourrait faire peur au pauvre enfant... c'est dangereux

  • Valérie C.
    10/06/2019 20:36

    😝

  • Sylvie L.
    10/06/2019 20:37

    oui il faudrait que sa change

  • Ramsès A.
    10/06/2019 20:37

    Je pense qu'on a tous droit à lempathie et compassion.. Souvent, la justice fait très mal son travail quand il s'agit du bien être de l'enfant.. Il y a des choses dans la vie ou l'amour devrait être plus fort que tout Mais bon on dirait que l'adoption est devenu aussi un bissenes.

  • Sabine P.
    10/06/2019 20:38

    Très beau témoignage mais c tellement la triste réalitée des lois françaises

  • Flo H.
    10/06/2019 20:40

    C est la triste réalité on ne peut pas comprendre tant qu' on ne l a pas vécu. Merci d être l ambassadrice de ces petits bouts que l on ne peut adopter à cause du lien du sang.

  • Benjamin T.
    10/06/2019 20:41

    En tant qu’enfant né sous x et adopté je trouve ça tout à fait normal. Il faut que les procédures soient longues pour ne pas banaliser ni l’abandon de son enfant en se disant qu’il aura vite une nouvelle famille ni l’adoption de son enfant qui est une étape importante d’une vie et qui doit être mûrement réfléchie. Bonne chance à vous madame Chauvin !

  • Jerem M.
    10/06/2019 20:41

    😱

  • Virginie A.
    10/06/2019 20:43

    J'entends bien sa tristesse et sa frustration mais elle a la chance d'avoir déjà un enfant et si elle adopte elle retire une chance d'adoption à un couple qui n'a pas d'enfant donc je n'arrive pas à partager toute sa peine ... et puis il y a l'adoption internationale, certes c'est aussi un parcours du combattant mais il y a davantage d'enfant à adopter...

  • Catherine V.
    10/06/2019 20:43

    Et ben moi j'ai arrêté de me battre.....

  • Christine G.
    10/06/2019 20:44

    Ya eu un p'tit lapsus tout de même, qd elle dit qu'en famille d'accueil et pouponnière, les enfants ne sont pas aimés, c'est dur pour les personnes qui y travaillent. Même si c'est un job, en général, ce sont des gens bien

  • Brigitte L.
    10/06/2019 20:45

    ça se voit cette dame a plein d amour à donner

  • Dusud D.
    10/06/2019 20:45

    Ingrid m'a fendu le <3 , elle m'a fait pleurer.. il est vrai que le combat est dur pour adopter en France et souvent il est perdu d'avance . Voilà pourquoi les personnes vont voir à l'étranger et qu' il m'est douloureux de penser à tous ces petits sans famille pour les chérir , abandonnés dans des lieux où ils n'ont rien à y faire