Interview Brut : Loïc alias La Big Bertha, drag-queen

"Ici, c'est une tradition de venir tracter et on est directement confrontés aux yeux des gens, et des gens qui ont pas forcément envie de nous voir." Loïc est une drag-queen. Et ça a changé sa vie. Brut l'a rencontré au Festival d'Avignon.

24 heures avec La Big Bertha

Loïc, ou La Big Bertha, est une drag-queen. Il se grime en femme, pour monter sur scène. Au Festival d’Avignon, il participe au spectacle « Le 32 – Cabaret de Curiosités ». Brut a passé une journée avec lui.

C’est lors d’une soirée que La Big Bertha arrive dans la vie de Loïc : « Tu commences par une perruque, tu continues avec des faux cils, tu continues à regarder des tutos, à regarder des conseils, des choses comme ça et plus ça va, plus tu fais des maquillages, plus tu construis des tenues, plus ton personnage voit le jour » raconte Loïc.   La Big Bertha lui permet « d’explorer et d’exploiter des univers dans lesquels Loïc ne pourrait pas aller ». Par exemple, lorsqu’il commence le burlesque et l’effeuillage, il était impossible pour Loïc, très pudique, d’enlever son tee-shirt. « Mais, en Bertha, ça me permettait d’aller au-delà de ces frontières de la pudeur. Donc ça m’a permis d’aller à la piscine avec des amis » explique Loïc. La Big Bertha est donc pour lui comme une extension de lui-même qui lui permet de faire des choses qu’il n’aurait pas osé faire avant.    La Big Bertha est un personnage ubuesque, très grotesque et beaucoup dans l’exagération. Parce que pour Loïc, « faire passer des messages avec le sourire, c’est bien plus facile ». Dans ses numéros, il y a en effet une double lecture : « la grossophobie, la cause LGBT, la cause des femmes (…) je suis juste touchée par plein de causes. Voilà pourquoi je suis une drag-queen à message et pas une drag-queen politisée » précise Loïc.   La Big Bertha est au Festival d’Avignon pour participer au spectacle « Le 32 – Cabaret de Curiosités ». « C’est un cabaret où on parle de nos différences, de l’acceptation de l’autre et de tout ce qui fait de nous des créatures un petit peu étranges » présente La Big Bertha. Pourquoi étranges ? « Parce qu’on sort de la norme. Et on est tellement contents de sortir de la norme» lance Loïc.   Au Festival d’Avignon, « c’est une tradition de venir tracter et on est directement confrontés vraiment aux visages des gens, aux yeux des gens et des gens qui n’ont pas forcément envie de nous voir » raconte Loïc. Pour La Big Bertha, tracter pour « Le 32 – Cabaret de Curiosités », c’est « le roller coaster de l’émotion ».

En effet, lorsque La Big Bertha va à la rencontre du public, les choses se passent généralement bien. « Sauf certaines fois où on choque, on dérange, on interroge et on a des mots quelques fois déplacés. Comme "pute", "tapette", "PD", des choses comme ça. Ça blesse, forcément. Mais ça donne encore plus envie de défendre le spectacle » raconte Loïc. Mais La Big Bertha croise aussi souvent la route de gens qui le complimentent sur son apparence.   « Quand on distribue des tracts, on nous parle souvent de spectacle transgenre, de spectacle travesti ou de transformiste » raconte Loïc. Mais il se considère simplement comme une drag-queen : « J’ai créé un personnage qui utilise tous les codes féminins. Mais une drag-queen n’est pas forcément une femme » explique Loïc. « Je suis un garçon, je resterai un garçon, j’en suis bien content. Mais sur scène, j’incarne une créature » ajoute Loïc.

avatar
Brut.