Kev Adams parle de ses échecs

"Soit j'y arrive, soit je recommence." Et si on parlait de nos échecs ? Pour Brut, Jason Divengele a rencontré Kev Adams.

“J’ai fait des spectacles devant 2 personnes pendant des années. Tous les soirs j’étais sur mon scooter à chialer”

“Ta force, c’est ta douleur. Moi je crois à ça. J’ai fait des spectacles devant 2 personnes pendant des années. On parle de 3 ans de ma vie où tous les soirs j’étais sur mon scooter à chialer. J’ai dû faire plus de 1000 castings dans ma vie. J’ai passé tous mes mercredis et tous mes samedis de mes 12 à mes 20 ans à être dans des salles à attendre avec un texte de 3 pages à la main. Entourés de 15 autres candidats. Et toute ma vie on m’a dit : on vous rappelera” explique Kev Adams. 4 questions auxquelles Kev Adams en a marre de répondre

“Après j’ai commencé à connaître le succès mais ça a été super violent. J’ai été élevé par mon grand-père qui a été un des seuls de ma famille à croire en ça. Il est décédé juste avant que je commence à faire ce métier. J’ai vécu le divorce de mes parents, qui peut paraître anodin mais j’avais 20 ans, à un moment très dur et très particulier. Je commençais à avoir du succès sur scène et en même temps ma famille partait en lambeaux. Ça a été une grande souffrance. Comme tout le monde j’ai envie de dire. Mais cette souffrance quand t’arrives à t’en nourrir et à en faire une force, ça peut t’emmener trop loin”. Les fails de Melha Bedia

avatar
Brut.