L'expo qui explore le futur des relations amoureuses

Et si notre rapport au célibat avait changé ? Explorer les devenirs possibles des relations amoureuses, c’est l’idée de la résidence Tinder dans l'exposition "Futures of Love" aux Magasins généraux. L’artiste Andy Picci raconte.

Andy Picci, à propos de l’amour et du célibat

L’exposition "Futures of Love" met en avant des artistes, dont les oeuvres présentent un nouveau genre de relations amoureuses. Andy Picci, artiste contemporain, expose son travail sur le thème "Single Not Sorry", en partenariat avec Tinder. L’artiste livre sa vision de l’amour et du célibat à notre époque.

Pour questionner notre rapport au célibat, Andy Picci s’est inspiré des applications de rencontre. "Est ce que c’est toi qui me tient en laisse ou est-ce que c’est moi qui te tiens en laisse? Quelle est notre relation ? Je n’ai pas encore décidé." Selon l’artiste, dans notre société, ce n’est pas forcément mal d’être célibataire, comme ce n’est pas forcément bien d’être en couple. Andy Picci, lui, est plutôt favorable aux applications de rencontre. Aujourd’hui, il trouve un vrai plaisir dans le fait d’être célibataire.

Les français vivent plutôt bien le célibat

En France, on n’a plus peur d’être célibataire. 74% des 18-25 ans ont consciemment choisi le célibat, à une période de leur vie. Alexandra Jubé, consultante en stratégie de marque, affirme que la relation de notre génération avec le célibat a beaucoup changé. Avant, il valait mieux être mal accompagné que seuls, ne pas être en couple posait un problème aux yeux de la société. Maintenant, c’est beaucoup moins le cas. Les nouvelles générations revendiquent leur célibat, au lieu de le cacher. Souvent, les jeunes préfèrent se développer personnellement, prendre du temps pour soi, et développer sa carrière. "Etre en couple, n’est plus une condition sine qua non à la réussite de sa vie", selon Alexandra Jubé.

avatar
Brut.
2 octobre 2019 13:00