Les 4 moments qui ont changé la vie de Bérengère Krief

Son non-mariage, la découverte du théâtre en CE2, son voyage post-rupture en Australie... 4 moments qui ont changé la vie de Bérengère Krief.

Les cinq moments qui ont changé la vie de Bérangère Krief

L’humoriste est à l’affiche d’un nouveau seule-en-scène, « Amour », au Théâtre de la Gaîté-Montparnasse jusqu'au 19 avril.

Son cours de théâtre en CE2

On est en janvier 1991, j'ai environ 8 ans, 9 ans, et Gladys Lateltin, ma meilleure amie de CE2, me propose de participer à un atelier-théâtre portes ouvertes. Et c'est devenu mon métier. J'ai vraiment le souvenir de Gladys et moi avec nos petits cartables. Elle me dit : « Il y a un cours portes ouvertes ce weekend, ça te dit de venir ? » C'était une vieille salle dans le petit village à côté de chez moi. Il y avait ce vieux théâtre qui sentait le bois, et on avait une grande malle avec plein de costumes. On avait le droit de tout faire ! C'étaient des improvisations. J'ai continué ce cours pendant cinq ou six ans.

Le jour de son permis

On est en février 2002, et j'obtiens mon permis de conduire, mon permis B. J'habitais dans un village : si on n'a pas de voiture, c'est compliqué, surtout que j'ai une maman assez protectrice… Je n'avais pas le droit de rentrer avec les copains qui avaient une voiture, c’étaient toujours mes parents qui venaient me chercher. Une fois, ils sont venus me chercher en boîte de nuit ! Le permis B, pour moi, c'est la liberté. Ce moment va tout changer parce que d'un coup, je suis mobile, j'ai ma voiture, et je peux aller où je veux.

Le jour J, j'attends avec une fille que je ne connais pas. On échange un peu. Elle est en Sciences Po. Elle bosse, elle révise ses fiches parce qu'elle a un contrôle l’après-midi, je sens que c'est sérieux. Et moi, je lui dis : « Bah moi, j'espère que j'aurai mon permis, parce que ce soir, j'ai une soirée, et je compte bien y aller par mes propres moyens ! » La nana ne l'a pas, et elle me lance : « Ben tu vas pouvoir aller à ta soirée ! »

Le jour de son non-mariage

J'étais fiancée, on avait commencé à préparer le mariage. On s'est arrêtés juste au moment où ça pouvait nous coûter de l'argent. Et là, se sont offertes à moi d’infinies possibilités, une sorte de page blanche qui m'a fait très peur. Je me suis retrouvée face à moi-même. Beaucoup de morve, beaucoup de larmes, on va pas se mentir. Mais d'un coup, je me suis dit : « Finalement, est-ce que je ne peux pas peindre tout ce que j'ai toujours voulu peindre sur cette toile ? » J'ai vraiment appris à me connaître, et je me suis rendu compte que je ne l'avais jamais fait auparavant.

Son départ en Australie

On est le 31 décembre 2017 et je suis dans un avion pour l'Australie. Je suis toute seule. J'étais dans une phase post-rupture pas hyper cool. Je savais plus du tout ce que j'avais envie de faire. J'avais le temps et la possibilité de partir, donc je me suis lancée, j'ai pris un billet, et voilà. Je dirais que ce voyage a tout changé. C’était difficile parfois, parce que j'ai voulu faire la bonne touriste, on m'avait donné plein de tips. Et puis à un moment, je me suis ennuyée. Au bout d'une dizaine de jours, je me suis dit : « Mais attends, qu'est-ce que j'ai vraiment envie de faire ? »  En cherchant moins à faire les choses, j'en faisais beaucoup plus. C'est aussi là que s'est dessiné mon spectacle, Amour.

Le cerceau aérien

Je me suis dit : « Mais attends, moi j'adore les costumes, je viens du théâtre. » Donc j'ai orchestré tout un truc de costumes, avec des milliards de paillettes et de textiles. J'ai vu un spectacle de cirque moderne, et je me suis demandé si on ne pouvait pas ressentir, en regardant mon spectacle, la même émotion qu’on ressent au cirque, quand on fait : « Han ! Est-ce qu'il va tomber de son trapèze ? » Donc j'ai intégré du cerceau aérien à mon spectacle. J'ai écouté beaucoup de chansons aussi… que j'ai intégrées au spectacle. Et voilà, je me suis ouverte à tout ce que j'aimais, chose que je n’avais pas vraiment faite plus jeune, en tout cas.

avatar
Brut.
8 février 2020 13:22