Rencontre avec Sarah, personal shopper friperie

Trouver un look pour moins de 10€ en consommant responsable, c’est la spécialité de cette personal shopper en seconde main.

“C’est la meilleure solution pour lutter contre la fast fashion”

Pour son look, Sarah a déboursé 4,50 euros. Son métier : elle est personal shopper seconde main. Elle conseille et aide des particuliers à trouver ce qu’il leur faut dans des friperies. “Le premier rendez-vous avec Sarah, c’était vraiment une découverte, pour m’enlever cette image un peu négative que j’avais de la friperie, du gros tas de vêtements, sans forcément de sélection” raconte Nolwenn, une cliente. La démarche de Sarah est simple : “L’idée, c’est surtout d’aider les personnes à faire une transition et à consommer, et à aller au-delà de leurs préjugés. Et je vous explique comment faire, et idéalement je vous amène dans des fripes très différentes, que vous puissiez aborder des types de friperies différentes et voir, vous, personnellement, qu’est-ce que vous préférez”. Un jour avec Maoui 2 Saint Denis, Tiktokeuse spécialiste friperie

“La magie de la fripe, c’est qu’on sait jamais sur quelle pièce on va tomber” précise la personal shopper. “Il y a énormément de choses qui démocratisent la seconde main. Maintenant, vous avez de la seconde main dans les Galeries Lafayette à Paris, chez Printemps… Il y a beaucoup plus de marques qui utilisent des matières déjà utilisées, on est toujours dans cet esprit d’utiliser quelque chose de déjà existant. Sur le tapis rouge, beaucoup de célébrités portent des pièces vintage. Donc, tout est en train de revenir. La meilleure solution pour lutter contre la fast fashion, c’est de consommer un objet qui a déjà été utilisé”. 3 conseils pour décorer son intérieur avec des meubles de seconde main

avatar
Brut.