Sami Ameziane alias le Comte de Bouderbala raconte son parcours

"Ça existe pas les mecs qui arrivent, bim, il réussissent tout. C’est pas vrai, c’est des mythos !" Au basket, Sami Ameziane a connu les États-Unis, mais aussi les blessures et les échecs. Aujourd’hui plus connu sous le nom du Comte de Bouderbala, il raconte dans le livre "Amazing ! "comment il s’est servi de ses échecs pour avancer.

Pour Sami Ameziane, alias le comte de Bouderbala, la réussite passe par l’échec

Sami Ameziane, dit le comte de Bouderbala, a toujours rêvé de devenir basketteur professionnel. Après un parcours solide dans le monde du basket, il se retrouve face à l’échec. Mais pour Sami Ameziane, “la vie c’est comme un match de basket” et “tant qu’il y a du temps, tu peux revenir au score et gagner ce putain de match”. De basketteur pro à humoriste, Sami Ameziane raconte son parcours à Brut.

Alors, à 11 ans, il s’inscrit au basket et à 20 ans il signe son premier contrat pro à l’AS Bondy 93. Mais un jour, en coursant des casseurs qui s’en prenaient à la voiture de son père, il se fait une entorse. Pour lui, c’est le début du “toboggan de loose”. Contraint de changer de division, son ascension dans le milieu du basket est bloquée. Il décide alors de partir aux États-Unis pour poursuivre ses études. Sur le campus, Sami Ameziane rencontre le coach des Huskies, qui lui donne l’opportunité de rentrer dans l’équipe. Pour lui, c’est le début d’une aventure très enrichissante dans le basket. Finalement, il a une proposition en France et il revient dans l’hexagone. Mais, manque de chance, une fois en France il se blesse à l’épaule. Ainsi, il rentre chez ses parents “rue de la mort” à Saint-Denis : un retour au sources qui fait sombrer en dépression le futur comte de Bouderba.

“C’est avec les échecs que tu arrives à façonner des victoires”

Il y a deux types de sportifs” explique Sami Ameziane, ceux qui ne travaillent pas car ils ont du talent et ceux qui n’ont pas de talent mais qui travaillent comme des dingues : “c’est ces mecs-là qu’on retrouve à la fin”. À ce moment là, il se dit que tout échec a pour devoir de devenir une belle histoire. Une envie de communiquer tout ce qu’il a vécu et appris jusque là, le prend aux tripes. Et c’est ce qu’il va réaliser grâce au stand-up. C’est sa manière à lui de “ramener sa discipline sportive sur la scène”.

avatar
Brut.