Une vie : Bella Hadid - sa biographie

Elle est l'une des rares top models à parler de ses problèmes de santé mentale et à défendre ouvertement ses convictions. Voici l'histoire de Bella Hadid.

Qui est Bella Hadid ?

C’est l’une des top les plus demandées au monde. Elle s’est engagée publiquement pour le peuple palestinien. Elle s’est confiée sur ses problèmes de santé mentale. C’est Bella Hadid.

Isabella Khair Hadid connue sous le nom de Bella Hadid naît le 9 octobre 1996.

Elle est la fille de la mannequin néerlandaise Yolanda Hadid et du magnat de l’immobilier palestinien Mohammed Hadid.

Quand elle est enfant, son père, arrivé aux État-Unis avec un statut de réfugié, lui apprend à être fière de ses origines et de sa religion.

“Il a toujours été un homme religieux et il a toujours prié avec nous. Je suis fière d’être musulmane” déclarait le mannequin à Porter Magazine en avril 2017.

Mannequin, autrice, féministe engagée, découvrez le portrait vidéo de Emily Ratajkowski.

Atteinte de la maladie de Lyme

Pendant 10 ans, elle participe à des compétitions d’équitation et rêve d’aller aux Jeux olympiques.

En 2018, elle explique dans une interview : “Quand j’étais plus jeune, je passais mon temps à cheval. Je ne m’habillais pas comme aujourd’hui.”

À 16 ans, en 2012, elle est pour la première fois sous les feux de la rampe quand sa mère participe à l’émission The Real Housewives of Beverly Hills.

À 17 ans, en 2013, on lui diagnostique la maladie de Lyme, ainsi qu’à sa mère et à son frère Anwar. Elle doit alors arrêter l’équitation à cause de douleurs chroniques.

En 2018, au Global Lyme Alliance, elle annonce : “Je voudrais vraiment dédier cette récompense à tous les adolescents qui souffrent de cette maladie et n’en voient pas le bout. Et toutes ces histoires que j’ai entendues ce soir… Je vous comprends, vous n’êtes pas seuls.”

“On est traités comme des cintres, pas comme des êtres humains”. Sur TikTok, les mannequins poussent leur coup de gueule face aux pratiques malsaines de la mode.

L’un des top-model les plus demandés

À 18 ans, en 2014, elle commence des études de photographie qu’elle arrête la même année pour se lancer dans le mannequinat peu après la percée de sa sœur Gigi Hadid dans ce secteur.

“Si vous avez confiance en vous, que vous êtes prêt à conquérir le monde et que vous gardez cet état d’esprit, vous vous sentirez toujours sexy, quoi que vous portiez” déclare la jeune femme en 2018.

Naturellement blonde, elle se teint en brune pour se distinguer de sa sœur et affirme que ses cheveux foncés correspondent mieux à sa “personnalité plus sombre”.

Les deux top défilent souvent ensemble. Représentante du maquillage Dior, collaboratrice de la marque de lingerie féminine Victoria's Secret, elle fait la couverture de nombreux magazines et a défilé pour tous les créateurs de mode stars.

Enchaînant campagne sur campagne, elle s’est bâtie une carrière de modèle, que tous les créateurs s’arrachent. En 2015 et 2016, elle reçoit le prix du mannequin de l’année aux British Fashion Awards et aux Daily Front Row's Fashion Los Angeles Awards.

Dans ces images d’archives, découvrez comment on façonnait les mannequins en 1961 en France pour la Fashion Week.

Bella Hadid engagée pour la cause palestinienne

De plus en plus célèbre, elle utilise sa popularité pour défendre la cause palestinienne.

En janvier 2017, quand le président Donald Trump annonce l’interdiction d’entrée sur le territoire américain aux ressortissants de certains pays musulmans, elle participe à la marche “No Ban, No Wall”, traduit par “Pas d’interdiction, pas de mur” à New York.

Elle explique : “Je viens d’un milieu qui valorise la diversité. On m’a appris que nous sommes tous humains et que nous méritons tous le respect et la gentillesse. On ne devrait jamais moins bien traiter les gens en raison de leur ethnicité.”

En décembre 2017, quand Donald Trump prend la décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, alors que les Palestiniens revendiquent la ville comme leur capitale, elle participe à des manifestations de soutien à la Palestine à Londres.

En mai 2021, après les pires affrontements entre Israël et les Palestiniens en sept ans, elle participe à une marche pour la Palestine à New York, qu’elle filme et diffuse en live.

On l’entend scander dans la vidéo live : “Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre !”

Le compte Twitter officiel d’Israël caractérise l’activité de Bella Hadid d’antisémite, affirmant que le slogan qu’elle crie est un appel à abolir l’État d’Israël.

Sur Twitter, le compte officiel écrit : “Quand des célébrités comme @BellaHadid encouragent à jeter les juifs à la mer, elles prônent l’élimination de l’État juif. Ça dépasse le conflit entre Israéliens et Palestiniens. C’est une question d’humanité. Honte à vous.”

Cependant, les organisateurs pro-palestiniens répondent que ce slogan évoque la défense des droits humains des Palestiniens.

Voici 9 questions à l’historien Jean-Claude Lescure pour mieux comprendre le conflit israélo-palestinien.

Dépression, burn-out, anorexie, rhinoplastie… La mannequin se livre ouvertement

Bella Hadid parle aussi ouvertement de sa santé mentale, notamment sur le réseau social Instagram.

En novembre 2021, elle partage des photos d’elle en pleurs et dit traverser des épisodes de “dépression nerveuse et de burn-out”.

“Le développement personnel, la maladie mentale et les déséquilibres chimiques sont des montagnes russes semées d’embûches… Il y a des hauts et des bas et des zigzags. Mais je veux vous dire qu’il y a toujours de la lumière au bout du tunnel et il y a toujours un moment où on descend du manège”, c’est ce qu’a affirmé Bella Hadid le 9 novembre 2021.

La mannequin a aussi confié : “Comme on travaille beaucoup, j’aime prendre beaucoup de temps chaque jour… pas beaucoup de temps, mais au moins un peu de temps, pour faire quelque chose pour moi, pour cultiver mon bonheur. J’aime me recentrer sur moi, ça me fait du bien.”

En mars 2022, Bella Hadid révèle à Vogue qu’elle a souffert de troubles alimentaires, d’anorexie adolescente, provoquant des problèmes liés à son poids, et qu’elle regrette la rhinoplastie qu’elle a effectuée à 14 ans…

“J’aurais dû garder le nez de mes ancêtres. Je pense que je m’y serais faite” a déclaré Bella Hadid à Vogue Magazine en mars 2022.

Elle a également répondu à d’autres rumeurs, affirmant ne jamais avoir eu recours à des injections.

Le modèle a été en couple avec The Weeknd.

avatar
Brut.