le dico Brut. : "hystérique"

"Il y a l'idée de ramener vers la chose sexuelle, ramener vers le bas, rabaisser." le dico Brut. : "hystérique".

Le dico Brut. : "hystérique"

"Il y a l'idée de ramener vers la chose sexuelle, ramener vers le bas, rabaisser." le dico Brut. : "hystérique".

Un mot issu du vocabulaire médical

“Hystérie” est directement issu du domaine médical. Il vient du grec ancien “ustera”qui donnera plus tard “utérus”. Anaïs Lebrun est linguiste, elle explique qu’on utilise aujourd’hui ce mot dans le langage courant en gardant une signification médicale mais dont l’origine a été complètement oubliée.

“Hystérique” se pourvoit peu à peu d’une connotation sociale négative

Au 16ème siècle, on emploie l’adjectif “hystérique” pour qualifier des femmes “malades de l'utérus'', faisant état de troubles psychiques liés à des pulsions sexuelles “débordantes” qu’on qualifie de déplacées, de malsaines. Au 19ème et les progrès de la médecine, et notamment de la psychologie, “hystérie” est repris par le domaine médical et en particulier par Jean-Martin Charcot, fondateur de la neurologie en France. Il est le premier à utiliser “hystérie” pour qualifier des maladies neurologiques. Freud quant à lui a été le premier à parler d’hystérie masculine.

“Qualifier quelqu’un d’hystérique revient à la ramener à la chose sexuelle, ramener vers le bas, rabaisse.”

C’est en 1952 que l’hystérie est retirée de la classification des maladies mentales. Pour la linguiste, si ce mot suscite aujourd’hui toujours de grandes crispations, c’est probablement en raison de sa connotation sexuelle. Elle explique : “Qualifier quelqu’un d’hystérique revient à la ramener à la chose sexuelle, ramener vers le bas, rabaisse.” Si le mot est peu à peu devenu une insulte misogyne majoritairement utilisée par les hommes, les femmes, et notamment les féministes dès les années 1970 ont fini par se l'approprier.

avatar
Brut.