Le vaccin contre le papillomavirus n'est pas qu'une affaire de femmes

Les hommes aussi sont concernés par le papillomavirus et par son vaccin. Voilà pourquoi.

Le vaccin contre le papillomavirus ne concerne pas que les jeunes femmes, mais les hommes aussi

Jusque 2019, la vaccination contre le papillomavirus, une infection sexuellement transmissible, n'était conseillée qu’aux adolescentes, aux personnes immunodéprimées et aux hommes ayant des relations homosexuelles. Pourtant, ce vaccin concerne tous les hommes, et Brut est allé comprendre pourquoi.

Permettre aux hommes de se protéger, et réduire les transmissions aux femmes

Il y a une conception très genrée, en termes de santé publique, encore aujourd’hui en France. Ce n’est pas parce que c’est une pathologie qui touche plus les femmes que les hommes ne devraient pas intégrer ce processus de vaccination”, explique Adrien Gantois, sage-femme.

Vacciner les jeunes hommes permet de diminuer la transmission des virus du papillomavirus auprès des femmes, mais protège également les hommes des évolutions potentielles de ce virus commun, comme un cancer. 25% des cancers causés par les HPV ( papillomavirus humains) affectent des hommes.

Un virus difficile à reconnaître et freiner une fois présent

Il y a 200 types de papillomavirus. Beaucoup d’entre eux ne déclarent pas de symptômes chez la femme et chez l’homme et puis certains en déclarent”, assure Adrien Gantois.

Ensuite on peut avoir des condylomes, des verrues génitales et ça c’est valable chez l’homme et chez la femme. Et puis on peut avoir ensuite des lésions qui entraînent un cancer. Le cancer du col de l’utérus, mais on peut aussi avoir un cancer au niveau du pénis ou même au niveau oropharyngé chez l’homme”, ajoute le sage-femme.

Adrien Gantois déplore les comportements genrés face à la protection de la santé, comme le fait que les hommes ne se montrent parfois pas suffisamment attentifs aux signes d’alerte, par exemple. Selon lui, il manque aujourd’hui des professionnels dédiés à la santé sexuelle masculine, suffisamment disponibles et aptes à écouter les adolescents en totale confiance.

avatar
Brut.
8 février 2021 11:52