Que se passe-t-il dans notre cerveau quand on ment ?

Faire preuve de contrôle de soi, de mémoire, de créativité... Voilà pourquoi mentir demande autant d'acrobaties à notre cerveau.

“Mentir c’est un processus cognitif extrêmement compliqué”

“Quand vous mentez c’est que vous allez activer énormément de régions cérébrales qui sont disséminées un peu partout dans votre cerveau. Et si vous activez tellement de régions cérébrales c’est parce que mentir c’est un processus cognitif extrêmement compliqué” explique Sylvie Chokron, neuropsychologue et chercheuse. “Tous ces processus cognitifs impliquent forcément un grand nombre de régions dans votre cerveau. Et du coup on dit presque que mentir c’est une tâche extrêmement intelligente finalement. Ça mêle quasiment tous vos processus cognitifs depuis le langage jusqu’à la compréhension des situations, jusqu’à l’inventivité, jusqu’au contrôle de soi, jusqu’à l’attention”. Que se passe-t-il dans notre cerveau quand on a la gueule de bois ?

“On dit qu’on peut très difficilement mentir dans une langue étrangère. Pourquoi ? Parce que cette langue étrangère n’est pas automatisée. Déjà vous devez prendre de l’attention pour parler cette langue qui n’est pas la vôtre mais en plus de ça vous devez prendre de l’attention pour construire un discours qui n’est pas le vrai et donc finalement vous êtes en situation de double tâche et très rapidement finalement vous abandonnez l’idée d’un mensonge dans une langue étrangère” ajoute la spécialiste. Les êtres humains ne sont pas les seuls à mentir de nombreux animaux usent aussi de subterfuges similaires. “On connaît les animaux qui sont capables de se camoufler, de changer de couleur, de faire semblant de faire quelque chose alors qu’ils vont faire autre chose. Si c’est tellement développé chez l’être évolué que nous sommes, c’est que peut-être que mentir, ça assure aussi notre survie”. Voici ce qui se passe dans le cerveau quand on tombe amoureux

avatar
Brut.