#TBT : Le discours de Severn Cullis-Suzuki au sommet de Rio en 1992

10 ans avant la naissance de Greta Thunberg, la jeune Severn Cullis-Suzuki exhortait les États à agir pour l'environnement lors du sommet de Rio en 1992. #TBT

#TBT : le discours de Servern Cullis-Suzuki au sommet de Rio en 1992

« Toutes ces choses se passent devant nos yeux et pourtant, nous continuons à agir comme si nous avions le temps. » 10 ans avant la naissance de Greta Thunberg, la jeune Severn Cullis-Suzuki exhortait déjà les États à agir pour l'environnement lors du sommet de Rio en 1992.

Severn Cullis-Suzuki, fondatrice de l’ONG Environmental Children's Organization, alertait déjà sur le dérèglement climatique, en 1992. Une dizaine d’années avant la naissance de Greta Thunberg, qui a lancé les grèves des lycées pour le climat à l’âge de 15 ans, Severn Cullis-Suzuki prenait la parole au sommet de Rio « au nom des enfants affamés, dont les cris ne sont pas entendus (…) au nom des innombrables animaux qui meurent parce qu'ils n'ont pas d'autre endroit où aller ».

Severn Cullis-Suzuki déclarait avoir désormais peur de prendre le soleil « à cause du trou dans la couche d’ozone », avoir peur de respirer, ne sachant pas quelles substances chimiques pourraient polluer l'air. « Vous préoccupiez-vous de ces choses lorsque vous aviez mon âge ? Toutes ces choses se passent devant nos yeux et pourtant, nous continuons à agir comme si nous avions le temps » déclarait alors Severn Cullis-Suzuki. Des mots qui rappellent ceux de Greta Thunberg, jeune suédoise qui a lancé les grèves des lycées pour le climat, à l’âge de 15 ans.

Âgée d'une treizaine d'années, Severn Cullis-Suzuki appelait à l’unité des pays pour une réelle action : « Nous devrions agir comme un seul monde vers un seul but. (…) Les pays du Nord ne partagent pas avec ceux qui en ont besoin. Même quand nous avons plus qu'assez, nous avons peur de partager (…) pourtant, si tout l'argent dépensé pour faire la guerre était utilisé pour trouver des réponses aux problèmes environnementaux, pour en finir avec la pauvreté et signer des traités, quel endroit merveilleux cette Terre serait ! » déclarait-elle alors.

« Ce que vous faites me fait pleurer la nuit. Vous continuez à nous dire que vous nous aimez, mais je vous mets au défi, s'il vous plaît : faites que vos actions reflètent vos mots » concluait Severn Cullis-Suzuki.

avatar
Brut.
15 juillet 2019 12:57