retour

3 mesures qui existent déjà pour lutter contre les féminicides

Ordonnance de protection, bracelet d'urgence, tribunaux spéciaux... Voici 3 solutions qui existent déjà et qui aident à lutter contre les féminicides.

3 mesures qui existent déjà pour lutter contre les féminicides

Ordonnance de protection, bracelet d'urgence, tribunaux spéciaux… Voici 3 solutions qui existent déjà et qui aident à lutter contre les féminicides.

L'ordonnance de protection. La victime peut demander plusieurs mesures de protection : l’interdiction pour l’agresseur d'entrer en relation avec elle, ses enfants ou des proches, l’interdiction pour l’agresseur de détenir ou de porter une arme, ou encore l'interdiction de sortie du territoire pour les enfants.

« Pour un nombre important de femmes, c'est vraiment au petit bonheur la chance » dénonce Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes. Tout dépend de la décision du juge aux affaires familiales précise Anne-Cécile Mailfert.

Pour obtenir cette ordonnance de protection, il faut remplir un formulaire et apporter des preuves : témoignages de l'entourage, témoignage d'associations, certificats médicaux… Les pièces sont à déposer au tribunal auprès du juge aux affaires familiales.

« Là où l'Espagne en délivre à peu près 30 000 par an, nous, nous en délivrons 3000 » déclare Nicole Belloubet, ministre de la Justice.

Le « Téléphone grave danger ». Attribué par le procureur de la République dans un cadre judiciaire, le téléphone grave danger permet d'appeler la police en appuyant simplement sur une touche. « Dès lors que mon ex-conjoint était à proximité de moi, je devais l'actionner. Parce qu'il n'avait pas lieu d'être là du fait qu'il y avait une ordonnance de protection. Dès lors que je l'avais, je me suis sentie quand même en sécurité, même si, à l'extérieur, j'étais toujours terrifiée » raconte une femme qui a pu bénéficier du « Téléphone grave danger ».

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a plaidé pour l'élargissement du dispositif. En attendant, certaines victimes qui n'ont pas accès au « Téléphone grave danger » achètent sur Internet un bracelet électronique, pour une trentaine d'euros. Le bracelet connecté, comme le « Téléphone grave danger », possède un bouton d’alerte. « J'ai 3 amis qui sont connectés avec moi, qui peuvent me géolocaliser et ça permet d'alerter aussitôt la police » détaille Fanny Thiel, victime de violences conjugales. C'est donc ses amis qui préviennent ensuite la police : « quand il nous arrive des violences, on n'a jamais le temps de prendre le téléphone, d'appeler la police, d'attendre le 17 » raconte Fanny Thiel, victime de violences conjugales. Une méthode qu’elle estime efficace pour pouvoir se protéger et alerter rapidement.

Des tribunaux spéciaux. En Espagne, en 2004, des tribunaux spéciaux ont été créés. Ces tribunaux spécialisés dans les violences domestiques sont capables d'infliger des peines plus lourdes que la justice pénale. « Quand un juge accorde un mandat de protection, cela confère à la personne un statut de victime de violences domestiques. Cela lui permet d'obtenir toute une série d'aides financières » précise Sonia Chirinos, juge spécialiste de la violence domestique.

Avec ces tribunaux spécialisés dans la violence domestique, les juges sont désormais forcés d'instruire les dossiers en 72 heures et l'État peut décider de poursuivre les auteurs et de protéger les femmes, même si les victimes n'en font pas la demande, voire le refusent. Toutes celles qui déposent plainte sont, elles, recensées dans un fichier.

Des méthodes qui permettent effectivement de lutter contre les féminicides, puisque les chiffres montrent qu’en Espagne, le nombre de femmes décédées suite à des violences est beaucoup plus faible qu’en France. « L'Espagne a des résultats bien meilleurs que la France. Je crois qu'en 2018, il y a eu moins de 50 femmes qui sont décédées du fait de violences en Espagne. Alors que pour nous en France, les chiffres sont trois fois supérieurs » précise Nicole Belloubet, ministre de la Justice en France.

09/07/2019 14:41mise à jour : 10/07/2019 08:19
  • 101.4K
  • 92
Brut - Le livre

86 commentaires

  • Leila K.
    03/10/2019 09:09

    Entièrement d accord Feryal Arabaci-colak le milieu familial à une grande influence sur les enfants .

  • Danielle S.
    01/10/2019 07:00

    Simplifier les démarches serait judicieux, car chaque moment perdu est un danger pour la vie de ceux qui vivent et subissent la violence

  • Deval A.
    30/09/2019 14:33

    Et comment on prouve les violences psychologiques ?? LOL. Comme le harcelement moral, il y a encore énormément de chemins à parcourir😤😑 Concernant la vidéo, les mesures sont belles à entendre, mais niveau application, le fossé doit être bieeeen vaste😡

  • Rayan S.
    13/07/2019 11:49

    Up

  • Sindy B.
    13/07/2019 11:02

    Un pays très fort pour taxer son peuple mais beaucoup moins pour le protéger. Pauvre France... 😑

  • Florence M.
    13/07/2019 05:49

    Avant que le malade avec qui tu vis te massacre, pète lui les couilles et disparais. Un homme qui en vient aux mains n'est plus un homme, c'est un grand malade qui doit se faire soigner. Ce n'est pas aux membres de sa famille de supporter le mal être d'un individu. Mais si tu restes quand - même avec lui alors fais toi aussi soigner tu manques sacrément d'estime de toi.

  • Fatima B.
    12/07/2019 12:10

    En Espagne il y a une loi contre le féminicide ! Et en France on s’en fout .

  • Luc M.
    11/07/2019 12:39

    C'est une généralisation de la violence... https://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/insecurite-delinquance-2018-premier-bilan-statistique.html https://www.planetoscope.com/mortalite/1200-homicides-commis-dans-le-monde.html https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/09/les-homicides-en-france-repartent-ils-en-forte-hausse-apres-15-ans-de-baisse_1690504

  • Luc M.
    11/07/2019 12:18

    Donc, si je comprend bien, chaque magistrat juge, selon son obédience, sa culture, son orientation (sexuelle ou syndicale ?) et le territoire juridique sur lequel il exerce (le 93 vs le 15 ?) Tout est une question de volonté, d'équité, de transparence. Dura Lex Sed Lex ? 🤔 « La justice c'est comme la Sainte Vierge. Si on la voit pas de temps en temps, le doute s'installe. » (Pile ou face. M.Audiard)

  • Patrice G.
    11/07/2019 11:43

    Faudrait déjà qu elles se décident à déposer plainte, car la quasi totalité du temps elles ne le font pas elles espèrent que leurs mecs va changer jusqu a ce que le fameux mec leurs pètent un bras ou une jambe ou la mâchoire..... Tant qu elles ne le font pas il n y a pas de délits ni de crimes

  • Sophie J.
    11/07/2019 08:56

    Il y a encore beaucoup de progrès à faire en France dans ce domaine malheureusement...

  • Bobby C.
    11/07/2019 06:27

    les homicides et les infanticides on en fait quoi?🤷🏻‍♂️

  • Jocelyne L.
    11/07/2019 06:14

    Cela fonctionne parfaitement en Espagne....c est un modèle...alors pourquoi attendre....

  • Frantz D.
    10/07/2019 13:26

    Témoignage de l entourage? ???? Bon ben là ça fait presque un 55% en moins, la famille et les proches sont pires qu un obstacle... dans bcp beauucouup de cas ..

  • Ghislaine T.
    10/07/2019 12:31

    Et le pognon pour la mise en pratique, on en parle, ou pas ?

  • Yoann C.
    10/07/2019 12:19

    Les bracelets c'est une très bonne idée, qui a été votée il y a déjà 2 ANS ET DEMI !!! Et n'est tjs pas appliquée. mais comme on coupe les budgets de partout, y compris celui de la Justice, bah il n'y a plus d'argent pour protéger les victimes... Merci Macron de détruire les services publics pour ton idéologie ultra-libérale à la con... Je vois pas ce que va changer l'autre clown en pré-retraite de Belloubet si elle ne réclame pas plus de moyens... https://www.francetvinfo.fr/societe/violences-faites-aux-femmes/il-y-en-a-assez-d-etre-tout-le-temps-aux-aguets-le-bracelet-electronique-attendu-par-les-femmes-menacees-par-leur-ex_3525757.html

  • Philippe L.
    10/07/2019 11:36

    pour les agresseurs c est tres simple.. on leur coupe les couilles

  • Eric R.
    10/07/2019 11:20

    Non, foutaise, éliminer l'agresseur, c'est simple, non ?

  • Saddek C.
    10/07/2019 11:11

    Et quand on agresse un homme , on l'appelle comment ....un hommonicide...holala je viens d'inventer un nouveau mot !!

  • Selma O.
    10/07/2019 09:30

    Faudrait déjà que les commissariats acceptent de prendre les plaintes !

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.