À la frontière américaine : le rêve des migrants LGBTQ+

Brut. a rencontré des migrants LGBTQ+ qui vivent à la Casa de Luz, lieu de refuge situé au Mexique. Ils espèrent rejoindre les États-Unis.

“Je regarde de l’autre côté et je m’imagine là-bas, à accomplir mes objectifs”

“La Casa de Luz, c’est un refuge, mais c’est surtout un lieu de vie en collectivité. Le mot “foyer” implique beaucoup de choses. La sécurité. La nourriture. L’amour. L’espoir. Un objectif, une raison de vivre” explique Irving, fondateur de la Casa de Luz, un lieu de refuge situé à Tijuana au Mexique pour migrants LGBTQ+. “Chaque personne a une responsabilité, un rôle à accomplir. Ça comprend la cuisine, le ménage, tout ce qu’il y a à faire. Chaque jour, on voit passer ici beaucoup de migrants qui arrivent de Colombie, de Cuba, du Brésil, de toute l’Amérique du Sud, beaucoup de monde” ajoute le fondateur. Psychiatre, le Dr Bréhier s'occupe de la santé mentale des migrants qui arrivent en France

“On aide principalement des personnes de la communauté LGBT+. Comme ces personnes ont subi des discriminations dans leur pays, elles ont fui. La Casa de Luz ne travaille ni avec le gouvernement ni avec les services d’immigration ni avec une quelconque organisation américaine, elle est indépendante” précise Gustavo Balderrama, psychologue du foyer, créé en 2018. Jonathan est l’un des habitants de la Casa de Luz. Il explique : “Ma famille est au Honduras. Il y a un an, j’ai quitté mon pays pour persécution politique. Parce que je travaillais pour une ONG qui protège les droits humains. Quand ils ont commencé à vouloir m’extorquer de l’argent pour mon commerce, j’ai refusé de payer. C’est là que les menaces de mort ont commencé. Quand je vais au mur frontalier pour retrouver les autres, je regarde de l’autre côté et je m’imagine là-bas, à accomplir mes objectifs”. En mars 2020, Donald Trump a instauré le “titre 42”, qui permet l’expulsion immédiate de migrants arrivant aux États-Unis. Ces deux dernières années, près de 2 millions de migrants ont été expulsés. Environ 50 000 d’entre eux vivraient dans des refuges à la frontière mexicaine. Découvrez les combats des autres habitants de la Casa de Luz. Ces bénévoles viennent en aide aux exilés perdus dans les Alpes

avatar
Brut.