Brut a rencontré Mounir Baatour, candidat à la présidence de la Tunisie

Ouvertement homosexuel, Mounir Baatour est candidat à l'élection présidentielle en Tunisie, une première dans le monde arabe. Cette candidature, c'est le prolongement de son combat…

Mounir Baatour, le candidat à la présidence de la Tunisie ouvertement homosexuel

« J'ai reçu des menaces de mort. » C’est une première dans le monde arabe. La candidature de Mounir Baatour à l'élection présidentielle tunisienne s’inscrit dans le prolongement de son combat…

« Pourquoi on ne pose pas la question aux autres candidats sur leur orientation sexuelle ? » demande Mounir Baatour avocat et candidat à l'élection présidentielle en Tunisie. Depuis qu’il a annoncé sa candidature aux présidentielles tunisiennes, Mounir Baatour a reçu « des messages très positifs », mais aussi des moqueries, insultes, et même des « menaces de mort ». « Pour eux, un candidat gay n'est pas sérieux. C'est pas sérieux d'annoncer son homosexualité dans le cadre d'une candidature à la présidentielle. Mais ce sont les médias qui parlent de ça. Moi, je n'ai jamais mis en avant mon orientation sexuelle » défend Mounir Baatour.

« Il faut un débat sur la cause LGBT en Tunisie »

En Tunisie, l'article 230 du code pénal punit de trois ans de prison les rapports sexuels entre personnes du même sexe. Mounir Baatour a déjà été condamné à trois mois de prison. « Dans la réalité des choses, ce n'est pas 3 ans seulement. (…) On sait très bien que la prison ne change pas l'orientation sexuelle et quand il va sortir de prison, il va rester homosexuel, il va revenir en prison. Et ça, toute sa vie. Ça veut dire, c'est une condamnation à perpétuité, pas à 3 ans seulement » estime Mounir Baatour.

En 2015, Mounir Baatour a co-fondé l’association Shams pour la défense des droits des LGBT en Tunisie. Sa candidature est un prolongement de son combat. « Il faut un débat sur la cause LGBT en Tunisie. Sur les exactions qui sont en train d'être commises par le gouvernement contre les homosexuels » lance Mounir Baatour. Il dénonce « la torture de la police pratiquée sur les homosexuels », le test anal « utilisé comme preuve et qui est une torture horrible pratiquée sur les homosexuels », l'utilisation des données personnelles pour prouver leur homosexualité, les agressions sexuelles dans les prisons contre les homosexuels…

Mounir Baatour a récolté les 10 000 signatures nécessaires pour se présenter à l'élection du 15 septembre 2019. Mais sa candidature doit encore être validée par l'instance indépendante tunisienne chargée des élections.

avatar
Brut.
10 août 2019 06:33