Des dizaines d’enfants morts après avoir bu des sirops médicaux

Des dizaines d’enfants sont morts en Gambie et en Indonésie à cause de sirops médicaux contre la toux et le rhume.

Du diéthylène et de l'éthylène glycol ont été retrouvés dans des quantités "inacceptables" dans ces sirops

En Gambie, au moins 69 mineurs sont morts d'une insuffisance rénale aiguë entre juillet et octobre 2022, la plupart étaient âgés de moins de 5 ans. 3 à 5 jours après avoir pris du sirop contre la toux et le rhume, les enfants n'arrivaient plus à uriner, avaient de la fièvre et vomissaient d'après une enquête menée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autorités gambiennes. Les quatre sirops suivants sont mis en cause dans ces décès: le Promethazine oral solution BP, le Baby Cough Syrup de Kofexmalin, le Makoff baby et le MaGrip n Cold Syrup. Selon l’OMS, du diéthylène et de l'éthylène glycol ont été retrouvés dans des quantités "inacceptables" dans ces sirops. Le parcours d'un médicament avant sa commercialisation

Bien que ce soit interdit, ces molécules sont parfois utilisées comme une alternative moins chère à la glycérine, une substance sirupeuse complètement légale. Mélangés à de l'eau, le diéthylène et l'éthylène glycol peuvent notamment être utilisés comme de l'antigel. En ingérer peut être mortel. Les quatre sirops mis en cause sont tous fabriqués par le même laboratoire indien Maiden Pharmaceuticals qui nie toutes responsabilités. Les autorités indiennes ont tout de même décidé de mettre à l'arrêt l'usine productrice de Maiden Pharmaceuticals. 12 violations du protocole y ont été repérées. Si le laboratoire indien assure qu'il n'a exporté ces sirops qu'en Gambie, l'OMS indique qu’ils peuvent avoir été distribués dans d'autres pays. L'Avigan : médicament miracle ou arnaque ?

L'organisation appelle à la vigilance et aux rappels de ces produits. En Indonésie, l'enquête ne fait que commencer. Selon les autorités, au moins 99 mineurs sont décédés d'une insuffisance rénale aiguë en 2022 principalement depuis le mois d’août. La plupart d'entre eux étaient âgés de moins de 5 ans. Le porte-parole du ministère indonésien de la Santé a dit avoir demandé par précaution que les professionnels de santé ne prescrivent pas temporairement de médicament liquide ou de sirop et que les pharmacies suspendent la vente de sirop jusqu'à ce que l'enquête soit terminée. Selon les autorités indonésiennes, les sirops accusés en Gambie ne sont pas vendus en Indonésie. Les Big Pharma, ces laboratoires pharmaceutiques tout puissants

avatar
Brut.