Harcèlement dans les transports : un numéro d'urgence mis en place

9 femmes sur 10 ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports. Pour lutter contre les agressions, la SNCF, la RATP, et la Région Ile-de-France ont lancé le 31 17, un numéro d'alerte pour les victimes comme pour les témoins. [Avec Île-de-France Mobilités]

Nassima Driouach, Journaliste LCI : "On ne devrait pas avoir peur de prendre les transports en commun. J'ai pris le RER C en rentrant et au bout de quelques stations, un homme d'une quarantaine d'années s'est installé devant moi. Jusqu'ici, une histoire tout à fait normale jusqu'au moment où j'ai commencé à remarquer qu'il était en train de se déshabiller, d'enlever son bouton de jean. Et de là, j'ai été totalement stupéfaite par ce qui était en train de se passer. L'homme était carrément en train de se masturber juste sous mes yeux."

En France, 9 femmes sur 10 ont déjà été victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle dans les transports. Pour lutter contre ça, la RATP, la SNCF et Île-de-France Mobilités de nouveaux ont mis en place de nouveaux moyens d'alerte. En cas d'agression dans les transports, les victimes et les témoins peuvent : appeler le 31 17, envoyer un SMS au 31177 ou utiliser l'application 3117 pour donner l'alerte. Donc, je suis partie de la rame et par chance, j'ai croisé la police ferroviaire quelques mètres plus loin à qui j'ai pu en parler et qui m'a dit que ça n'était absolument pas normal. Et qu'on avait ce numéro que j'ai décidé de partager sur les réseaux sociaux, le 31 17 qui est un numéro d'appel d'urgence, dans lequel on peut appeler directement et signaler ce qui est en train de se passer où on est et ce qu'on est en train de voir. Ou le 31 17 7 qui là est un numéro pour envoyer par SMS. Ce numéro, pour moi, me paraissait beaucoup trop peu connu et c'est pour ça que j'ai décidé de le partager sur les réseaux sociaux. En novembre 2018, un homme a été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour une agression sexuelle dans le métro. Il avait touché les fesses de la victime dans les couloirs d'une station. ll a été confondu grâce aux images filmées par sa victime mais aussi celles de l'une des 74 000 caméras de surveillance mises en place par la RATP et la SNCF. Aujourd'hui, je me dis que si ça doit m'arriver, ça m'arrivera mais ce numéro, cette fois, est enregistré dans mon téléphone et j'espère que j'aurai le courage cette fois, d'appeler le numéro et de réagir comme il faut.

avatar
Brut.