Ils ont recueilli 19 orphelins et leur ont appris la musique

"La musique, ça enlève la tristesse." C'est l'histoire d'un couple qui a recueilli 19 orphelins et qui leur a appris à jouer d'un instrument. C'est l'histoire de Julia et José Razafintsambaina, et de cet orchestre de Madagascar pas comme les autres.

“La musique représente beaucoup pour moi”


“J’habite à l’orphelinat Saint-Paul. Je suis arrivée ici quand j’avais 8 ans, je m’en souviens encore. La musique représente beaucoup pour moi. Quand je suis triste, j’écoute de la musique et je retrouve mon sourire”. Avec Christian, Sarah et d’autres, Avoko est l’une des orphelines qui a été recueillie par le couple, Dr Julia et Dr Olivier José Razafintsambaina, à Madagascar. Ici, dans cet orphelinat, les 19 enfants ont appris à jouer d’un instrument de musique de façon professionnelle.
Le combat d’Antoine pour les orphelins de féminicides


“On souhaite surtout que tous ces enfants réussissent dans la vie”


Julia Razafintsambaina, la directrice de l’orphelinat, est pédiatre. Son mari est chirurgien cardio-vasculaire. Il a également été le président de l’orchestre philharmonique de Antananarivo pendant 20 ans. “Donc il y a déjà le sang musical dans la famille qu’on veut transmettre aux enfants”¨ précise le Dr Julia Razafintsambaina. “Je suis convaincu que la musique aide beaucoup les enfants. Parmi ces enfants qui jouent, on sent qu’ils ont des dons, et ils ont une facilité à acquérir les notions musicales et à jouer. On souhaite surtout que tous ces enfants réussissent dans la vie. L’essentiel, c’est qu’ils ont démarré avec une vie difficile et qu’ils arrivent à être autonomes et vraiment réussir dans la vie” ajoute le Dr Olivier José Razafintsambaina.
Quelle place a la musique dans nos vies ? - Brut. talk


“Un événement a eu lieu dans notre vie, qui nous a vraiment stimulé pour créer un orphelinat. Un beau matin, comme nous avons une clinique, on m’a réveillé à 5h du matin, pour une urgence d’un bébé, et on a reçu un bébé qui avait encore un cordon ombilical et en état de détresse respiratoire. Cet enfant avait été jeté sur un arbre, et c’est un passant qui avait entendu les pleurs du bébé et qui l’a amené tout de suite à la clinique. On a pu le sauver, mais après, le problème, c’est : que faire de cet enfant ? On l’a gardé à la clinique quelques mois. On s’est posé la question : que faire pour les enfants qui ont ces problèmes ? On s’est dit : pourquoi ne pas créer un orphelinat pour s’occuper des cas extrêmes” explique le Dr Olivier José Razafintsambaina.
Un casque audio qui permet de mieux appréhender ses émotions


avatar
Brut.