L'histoire du meurtre de Sarah Everard

Elle rentrait chez elle à pied dans les rues de Londres. Elle a été retrouvée morte dans un bois. Voici l'histoire du meurtre de Sarah Everard, qui relance le débat sur les violences faites aux femmes au Royaume-Uni.

L'histoire du meurtre de Sarah Everard

C’est l’histoire d’une femme qui a été tuée alors qu’elle rentrait chez elle. Elle fait écho aux peurs que peuvent ressentir toutes les femmes. L’Affaire a ouvert un débat inédit au Royaume-Uni.

Rappel des faits

Le 3 mars, à Londres, Sarah rentre à la maison après avoir dîné avec un ami. Mais elle disparaît et son corps sans vie est retrouvé quelque jours plus tard. Le 12 mars, un policier, Wayne Couzens, est inculpé pour le kidnapping et le meurtre de la jeune femme. Le 13 mars, une manifestation pacifique organisée en sa mémoire est violemment réprimée par la police.

“On n’est pas en sécurité on nous dit sans arrêt de prendre des cours de self défense, mais la question finale, c’est de qui on se protège ?”

Les circonstances de la disparition de Sarah Everard amènent de nombreuses femmes à dénoncer un sentiment d’insécurité quotidien. Jamie Kingler, coordinatrice du mouvement “Reclaim These Streets” confie à ce propos : “On n’est pas en sécurité on nous dit sans arrêt de prendre des cours de self défense, mais la question finale, c’est de qui on se protège?”

“On est adultes et on mérite d’être traitées avec respect, on devrait pouvoir vivre nos vies pleinement et pas dans la peur.”

A la suite de sa disparition, la police a conseillé aux femmes de faire attention et de rester chez elles. Une réaction qui révolte Jamie Kingler pour qui le problème majeur reste le climat d’insécurité pour les femmes dans la rue, lesquelles n’ont pas à limiter leurs déplacements en conséquences : “On est adultes et on mérite d’être traitées avec respect, on devrait pouvoir vivre nos vies pleinement et pas dans la peur.

Des réseaux sociaux au plus haut sommet de l’Etat, l’histoire de Sarah a suscité une émotion forte

Selon les mots de la Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Priti Patel, les circonstances particulières de la mort de Sarah “ont rappelé à toutes les femmes toutes les étapes par lesquelles nous devons passer chaque jour pour rester en sécurité.” Hannah Tomes, journaliste et voisine déclare, à la suite des nombreuses réactions d’hommes sur les réseaux sociaux : “Je pense que parfois les gens ne se rendent pas compte que certains comportements peuvent être flippants.

avatar
Brut.
16 mars 2021 19:47