Si j'étais suédoise...

Congé parental à partager, égalité salariale, parité en politique : Si j'étais suédoise... 🇸🇪

C’est comment d’être une femme en Suède ?

Solveig est américaine, mais depuis plusieures années elle s’est installée dans le pays de ses ancêtres, en Suède. Elle raconte à Brut, ce que c’est que d’être dans la peau d’une femme Suédoise. Alors, si j’étais Suédoise…

En Suède, un couple peut bénéficier d’un congé parental non-genré, il s’agit d’une des politiques de congés les plus généreuses au monde. À deux, les parents ont le droit à 480 jours de congés parental. De plus, chacun des parents, perçoit 80% de leur salaire pour les 390 premiers jours de congés. D’autre part, en Suède, les femmes prennent des initiatives dans tous les domaines, et ce n’est pas choquant. “On n’entend presque pas de commentaires du genre : "Comment tu arrives à équilibrer ta vie de famille et ton travail ? Comment tu arrives à gérer tes enfants et ta carrière ?" C’est juste normal. Tout le monde le fait, les hommes et les femmes”, raconte Solveig. Si j’étais Suédoise… en tant que femme active, je gagnerais 7 % de moins en moyenne que mon homologue masculin, contre 18 % aux États-Unis. En effet, selon Solveig, en ce qui concerne les salaires, il n’y a aucune différence fondée sur le genre. En Suède, la discrimination de genre est illégale depuis 1980, tandis que les revenus des femmes augmentent plus rapidement que ceux des hommes. Pour Solveig, “c’est extrêmement important qu’on comprenne tous, y compris les jeunes filles et les jeunes garçons, qu’on peut devenir la personne qu’on veut, peu importe le genre ou d’autres facteurs”.

“Le féminisme n’est pas un gros mot ici”

Globalement, la Suède est un pays qui a adopté le terme “féminisme”. Par exemple, il 46 % des membres du parlement et 50 % des membres du cabinet sont des femmes. En effet, la parité figure dans la constitution du pays et c’est un objectif politique encadré par l’Agence pour l’égalité des sexes. En Suède, l’égalité est devenue un domaine politique à part entière au début des années 1970. Lorsque Solveig venait d’arriver en Suède, elle se souvient avoir croisé un vieil homme, dans une bibliothèque, qui s’est masturbé devant elle. En Suède, ce genre d’incident est pris très au sérieux. La police a rapidement retrouvé cet homme, qui a été mis en prison en attendant son procès, puis a dû dédommager toutes les femmes auxquelles il a causé du tort. “La Suède a des valeurs humanitaires si fortes, qu’ici, il est évident que les gens naissent tous égaux et doivent avoir les mêmes droits, responsabilités et opportunités”, témoigne Solveig.

avatar
Brut.