Un député réclame des excuses à Boris Johnson

"Nous ne pouvons que comprendre la souffrance ressentie par les femmes musulmanes lorsqu’elles sont décrites comme des braqueurs de banque et des boîtes aux lettres". En plein Parlement britannique, un député réclame des excuses à Boris Johnson, 1 an après ses propos jugés racistes sur les femmes portant la burqa.

Un député demande des excuses à Boris Johnson suite à des propos racistes

Boris Johnson, nouveau premier ministre du Royaume-Uni depuis seulement un peu plus d’un mois, se voit demander des excuses par l’un de ses députés, Tanmanjeet Singh Dhesi, suite à ses propos jugés racistes sur le port de la burqa.

Il n’aurait fallu attendre que la première séance de questions au gouvernement avant que Boris Johnson soit confronté pour ses propos racistes. Tanmanjeet Singh Dhesi, député du parti travailliste ayant été lui même victime de propos haineux, demande à Boris Johnson des excuses pour « ses remarques désobligeantes et racistes » sous les applaudissements du Parlement : « Pour ceux d'entre nous qui, dès leur plus jeune âge, ont dû endurer et se confronter à des insultes telles que "tête de serviette" ou "Taliban" ou “celui qui vient du pays de Bongo Bongo”, nous ne pouvons que comprendre la souffrance ressentie par les femmes musulmanes. »

En août 2018, Boris Johnson a écrit un éditorial contre l’interdiction de la burqa dans lequel il comparait les femmes portant la burqa à des « boîtes aux lettres » et des « braqueurs de banque » . Il a été depuis interrogé par des journalistes mais sans succès : Boris Johnson préfère leur offrir une tasse de thé plutôt que de répondre aux questions.

Les propos de Boris Johnson incite à l’islamophobie au Royaume-Uni

Suite à la publication de l’article de Boris Johnson, les crimes de haine envers les musulmans au Royaume-Unis avaient augmentés de 375% en une semaine selon une enquête menée par Tell Mama.

Tanmanjeet Singh Dhesi adresse la longue histoire de commentaires racistes et xénophobes de la part de Boris Johnson : « Monsieur le Président, au vu des propos racistes qui ont entraîné une recrudescence des crimes haineux et de la fréquence croissante de tels incidents au sein de son parti, quand est-ce que le premier ministre demandera-t-il enfin une enquête sur l'islamophobie au sein du Parti conservateur, chose que lui et son chancelier ont promis de faire à la télévision nationale ? ».

En guise de réponse, Boris Johnson tente de justifier ses actions en proclamant la « solide défense libérale » et en insistant sur la diversité ethnique et religieuse de ses ancêtres ainsi que du gouvernement : « Je parle en tant que personne qui est fière non seulement d'avoir des ancêtres musulmans mais qui a des liens avec des Sikhs comme lui-même. Je suis également fier, monsieur le Président, de dire que au sein de notre gouvernement nous avons le Cabinet le plus diversifié de l'histoire de notre pays. » Nombreux sont les internautes pour lesquels ces excuses n’ont pas suffi…

avatar
Brut.
5 septembre 2019 11:29