#TBT : Quand on s'interrogeait sur la fonte des glaciers en 1963

4 ans avant les premières prévisions d'un réchauffement planétaire, la télévision française s'interrogeait déjà face à la fonte des glaciers. #TBT

#TBT : quand on s'interrogeait sur la fonte des glaciers en 1963

En 1963, 4 ans avant les premières prévisions d'un réchauffement planétaire, la télévision française s'interrogeait déjà face à la fonte des glaciers. #TBT

Dans ce reportage, tourné en 1963, on s’inquiétait déjà de la fonte des glaces : « Il y a un demi-siècle, vers 1900, les gens qui venaient ici, les premiers alpinistes, ils voyaient cette vallée complètement remplie (…) Si nous étions là il y a une cinquantaine d'années, nous aurions au-dessus de nous entre 100 et 150 mètres de glace et de neige » expliquait Nicolas Skrotzky, journaliste scientifique.

Nicolas Skrotzky, journaliste scientifique, détaillait le rôle et l’influence des glaciers dans la vie des hommes : « Non seulement ces masses de glace, par leur quantité, l'atmosphère froide qui règne autour, influencent le climat, mais ce sont des sortes de frigidaires. C'est le seul endroit où l'on puisse retrouver le passé et comprendre comment les climats ont varié ».

Et pour Nicolas Skrotzky, journaliste scientifique, le passé était déjà en train de fondre en même temps que les glaciers : « Comment voulez-vous que l'on puisse savoir dans les années qui viendront, puisque cette variation de ce glacier, une variation de cent mètres en altitude, s'est produite en l'espace de la vie d'un homme, de savoir comment continuent ces variations ».

Nicolas Skrotzky, journaliste scientifique imaginait ensuite les dégâts que provoquerait la fonte des glaciers de l’Antarctique, qui représentent 90 % de l’eau douce du monde : « Si ces glaciers venaient à fondre, le niveau des océans monterait d'environ une centaine de mètres, noyant la plupart des villes ». Et depuis 1963, la fonte des glaciers n’a fait qu’accélérer.

avatar
Brut.
1 août 2019 06:13