3 formes de vie étranges

Certaines sont quasi-immortelles, d'autres quasi-indestructibles... Et toutes fascinent les scientifiques. Voici 3 formes de vie étranges. 👀

Trois formes de vie étranges

Certaines sont quasi immortelles, d'autres quasi indestructibles… Et toutes fascinent les scientifiques.

La galère portugaise

Ce n'est pas une méduse, ce n'est même pas un seul animal : c'est une colonie de milliers d'animaux. Ce sont des siphonophores, des micro-organismes marins qui s'unissent pour former un super-organisme. La relation entre et la colonie l'individu est la même qu'entre une cellule et un corps : chaque individu est biologiquement spécialisé pour venir former une partie précise de la structure de la colonie.

L'une d'entre elles est le flotteur, une poche remplie de gaz qui permet à la colonie de se déplacer en se laissant dériver. En-dessous, des tentacules qui peuvent mesurer jusqu'à 50 mètres de long. Tout poisson qui entrera en contact avec elles sera tué puis lentement digéré. Car ces tentacules sont incroyablement venimeuses. Si elles ne sont pas mortelles pour un être humain, elles restent extrêmement douloureuses.

Le blob

Ce n'est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Le Physarum Polycephalum est surnommé le « blob » par les scientifiques. Il se présente sous la forme d'une masse appelée plasmodium et qui n'a aucune limite de taille. Placé dans un nouvel environnement, le blob va s'étendre à travers l'espace à la recherche de nourriture. S'il en trouve, il va multiplier les connexions sur ce chemin. Si au contraire, il trouve quelque chose qu'il n'aime pas, il va se rétracter et aller chercher ailleurs.

Le blob peut partir dans de multiples directions en même temps et créer des réseaux complexes. Il trouve toujours le chemin le plus court et emploie des manières créatives d'éviter les obstacles. Non seulement le blob a conscience de l'espace, mais on pense aussi qu'il a conscience du temps et qu'il peut retenir et transmettre des informations. Pourtant, il n'a ni yeux, ni neurones, ni cerveau, ni système nerveux. Il est donc étudié comme une forme de cognition existant en dehors des cadres biologiques connus.

Le tardigrade

Ce sont les animaux « les plus indestructibles » de la planète, malgré leur taille d'un demi-millimètre en moyenne. Ils peuvent en effet survivre sans manger et sans boire. Ensuite, les températures extrêmes ne leur font pas peur. Ils sont capables d'endurer jusqu'à 150°C environ, et ils sont toujours vivants après huit heures plongés à -272°C.

Surnommés « oursons d'eau », les tardigrades possèdent quatre paires de pattes munies de petites griffes. Ils vivent dans des endroits très divers : au fond des océans, sur les montagnes de l'Himalaya, dans des sources chaudes au Japon ou en Antarctique. Lors d'expériences, ils ont été confrontés à l'absence d'oxygène, exposés à des pressions six fois plus élevées que celles de fond de l'océan, attachés à un satellite et envoyés dans le vide spatial, exposés à des radiations cosmiques… Et la plupart d'entre eux ont survécu.

Leur secret ? Les tardigrades peuvent se déshydrater et entrer dans un état végétatif, suspendant toutes leurs fonctions vitales. Selon les chercheurs, ils seront encore là au moins 10 milliards d'années après la disparition des humains.

avatar
Brut.
22 juin 2020 10:23