6 conseils pour bien éduquer son chien ou son chiot

Règle n°1 : crier, ça ne sert à rien. 6 conseils d'un éducateur canin pour bien éduquer son chien ou son chiot. 🐶

1/ Comment rendre un chien propre ?

Alexis Bonnarang : “Au niveau de la propreté, ce qu’il faut que vous ayez absolument en tête, c’est que c’est une capacité naturelle de votre chien. Généralement, si on s’implique bien, en 2-3 semaines on peut commencer à avoir un chiot propre, ça peut durer jusqu’à 2-3 mois sans trop d'inquiétude. Après, chaque chien a son tempérament.

Pour ça, c’est assez simple, ce qu’il faut que vous fassiez, c’est des sorties extrêmement régulières, toutes les 30 minutes à 1 heure avec un chiot de 2 à 3 mois. Ça doit être une fréquence vraiment suffisamment haute quand vous êtes présent à la maison pour favoriser au maximum la propreté.”

Pour l’éducateur canin, il est essentiel de récompenser son chien ou son chiot, quand il le fait à l’extérieur, “parce que c’est ce qui va permettre au chien de comprendre le principe de propreté”.

Par contre, si le chien ou le chiot fait ses besoins à l’intérieur, “on cherchera plutôt à l’interrompre si on le prend sur le fait et à tout de suite le mettre à l’extérieur pour qu’il puisse y faire ses besoins.”

Alexis Bonnarang déconseille également l’utilisation d’alèses car cela donnerait de mauvaises habitudes au chien : “Vous avez tendance à apprendre au chien à faire sur les tapis qui sont au sol et ça peut poser des problèmes ensuite à la maison. En plus de ça, vous risquez à ne pas apprendre à votre chiot à se retenir, ce qui est évidemment essentiel.”

Les pratiques du dressage et l'apprentissage ont influencé certaines espèces d'animaux. Anciennement loups à l’état sauvage, les chiens ont été progressivement éduqués par l’homme. Une docteure en éthologie décrypte pour Brut les relations entre l’homme et le chien.

2/ Comment faire pour que son chien ne fasse plus de bêtises ?

Comment gérer les bêtises et les interdits ? Par exemple, si vous avez un comportement de mordillement, le comportementaliste recommande de repousser le chiot ou le chien. Si le chiot persiste, il est conseillé de se révéler et d’ignorer le chien.

Si le chien ou le chiot s’arrête, c’est gagné. Si malgré cela, il continue, “on marque l’interdit et on va privilégier d’aller mettre le chiot à l’écart pendant 1 ou 2 minutes. L’idée, c’est simplement de marquer l’interdit sur le comportement indésirable. On ne se fâche pas, on ne se met pas à crier, on ne s’énerve pas, ça ne sert à rien, vous ne ferez que renforcer la tension et l’énervement dans la situation. Au bout d’une ou deux minutes, vous allez tout de suite rouvrir à votre chien, quitte à ce qu’il recommence et à ce que vous l’isoliez à nouveau.

L’idée, c’est de répéter l’opération 2-3 fois, de sorte que mon chiot se dise : “Ok, je suis encore excité, mais je sais que je n’ai pas le droit de mordiller les mains, je sais que je n’ai pas le droit de mordiller les meubles ou le pantalon, sinon je risque d’être isolé, donc je me calme. J’adopte un comportement favorable et là, d’un seul coup, mon maître me montre qu’effectivement, lorsque j’adopte ce comportement, je peux interagir, je peux jouer.”

Et donc je vous invite au maximum, lorsque votre chiot sera calme, à jouer avec et à interagir. Si vous l'isolez pendant une demi-heure, quand vous allez le faire revenir, il sera parfaitement calme, il sera complètement passé à autre chose et il aura oublié la raison pour laquelle vous l’avez isolé.”

3/ Comment apprendre à un chien à obéir ?

“Au niveau des apprentissages, avant on était sur un système un petit peu plus coercitif, on cherchait à sanctionner les mauvais comportements pour garder à peu près les bons. Aujourd’hui, on va fonctionner à l’inverse : on est sur un système de plus en plus positif et tant mieux, c’est-à-dire qu’on va récompenser les bons comportements.

Pour ça, vous avez 4 récompenses à disposition : la voix, la caresse, mais également le jeu et la friandise. Ça se sélectionne en fonction de l'appétence de votre chien. Si vous avez un chien qui est très joueur, vous allez pouvoir basculer là-dessus, puis si vous avez un chien plutôt gourmand, vous basculerez sur la récompense.

Et donc vous allez pouvoir travailler vos ordres. Au début, il vous a permis de leurrer votre chien, c’est-à-dire que vous allez le guider avec votre récompense. On lui présente la récompense et on va demander l’ordre, “Assis !” par exemple, en levant la récompense jusqu’à ce que le chien pose les fesses par terre. Derrière, ça on n’oubliera pas de donner un ordre libératoire, “Va !”, pour que le chien puisse repartir.

Et puis une fois que mon chiot comprend le principe de l'exercice, je vais pouvoir me permettre de travailler sans récompense à la main : “Assis !” Simplement, en intégrant ma gestuelle, j’insiste un petit peu, et dès que mon chien présente le comportement, “C’est très bien, Loulou ! Super !”, je récompense.

Et ça, vous allez pouvoir le généraliser avec l’ensemble des apprentissages, “Va !”, par exemple, le rappel, “Viens !”, avec une posture basse et, dès que le chien revient, je récompense.”

4/ Comment rassurer un chiot qui vient d’arriver ?

“Le chiot, de ses 3 semaines jusqu’à ses 3 à 4 mois, il est dans une période sensible, ce qu’on appelle une période de socialisation primaire, et c’est une période où il falloir le confronter finalement à un maximum de situations pour qu’à l'âge adulte, ce soit quelque chose de parfaitement anodin auquel il soit parfaitement familiarisé. Par exemple, d’aller faire des trajets en voiture, de prendre le métro, ou encore de monter dans un ascenseur, ou dans un escalator, ou d’aller au restaurant.

C’est essentiel également de confronter votre chien à différente types de personnes : des enfants, des hommes, des femmes, des personnes âgées, des personnes à forte corpulence pour que votre chien soit parfaitement familiarisé à l’homme et que finalement, une fois à l’âge adulte, il n’ait aucune appréhension vis-à-vis de certaines typologies de personnes, comme les enfants qui peuvent parfois effrayer les chiens, et auquel cas, ça pourrait représenter un risque si jamais le chien en a peur et qu’il y est confronté à l’âge adulte et qu’il n’en a jamais vu auparavant.

De la même façon avec les congénères, on favorisera de socialiser au maximum son chien en cumulant suffisamment d'expériences. Attention, des expériences qui doivent en revanche ne pas être le plus nombreuses possibles, mais le plus positives possibles. Il vaut mieux plein d’expériences positives que des mauvaises rencontres qui risquent finalement de conditionner un mauvais comportement.”

5/ Comment éduquer son chien à la laisse ?

“Alors, au niveau de la marche en laisse, c’est le même principe qu’on a évoqué auparavant, on confrontera le chiot à des environnements qui seront progressivement de plus en plus riches et on travaille avec notre principe de conditionnement où on ne cherche pas à renforcer les mauvais comportements et à renforcer les bons.

Dès lors que votre chien vous suit, “Très bien, Lou”, laisse détendue, on peut le féliciter. Dès que votre chien se met en traction, on s’arrête, on marque l’arrêt, voire on fait quelques pas en arrière et on repart uniquement quand la laisse est détendue, tout simplement pour que le chien comprenne que ce n’est pas productif de tirer et qu’il n’atteint pas ses objectifs lorsqu’il tire sur la laisse.”

6/ Quand enlever la laisse de son chien ?

”Avec un chiot, il est nécessaire rapidement de pouvoir avoir de la liberté en extérieur. Pour ça, je vous conseille de prendre une laisse d’une dizaine de mètres de long, laisse que vous allez rapidement pouvoir lâcher par terre pour pouvoir laisser votre chiot découvrir, explorer son environnement.

On a de prime abord tendance à vouloir travailler le rappel avant de lâcher son chien. Eh bien, en réalité, c’est plutôt l’inverse, on va d’abord lâcher son chiot pour qu’il découvre son environnement et c’est grâce à cette aisance finalement dans cet environnement, c’est parce qu’il ne s'intéressera plus aux joggers, aux cyclistes ou aux autres chiens que finalement, je réussirai à avoir un rappel correct et avoir une bonne obéissance de la part de mon chien.

Une fois que votre chien commencera finalement à se sentir à l’aise en extérieur et aura développé une certaine réceptivité, on vous invitera à enlever la longe et à le laisser évoluer dans son environnement avec le plus de liberté possible, tout en continuant à entretenir tous les fondamentaux d’éducation, en continuant à entretenir vos ordres de rappel, à récompenser, à féliciter pour que tout ça se renforce progressivement.”

L’odorat des chiens serait 10 000 à 100 000 fois plus performant que le nôtre. Découvrez comment les chiens sentent.

avatar
Brut.