L'insémination artificielle de lapins : une pratique controversée

Qu'est-ce qui lie les lapins dans nos assiettes à des chevaux en Amérique du Sud ? Une hormone extrêmement controversée et des conditions d'élevage qui le sont tout autant... Des images filmées par L214 Ethique et Animaux. (Attention, certaines images peuvent choquer)

La PMSG, ou eCG, une hormone au cœur de la souffrance animale

Des lapins élevés pour leur viande, aux chevaux des « fermes de sang » en Amérique du Sud, il y a un lien : la PMSG, une hormone extrêmement controversée. De nouvelles images, filmées par l’association L214 montrent les terribles conditions d’élevage de ces animaux, de l’Argentine à la France.

La souffrance de ces chevaux en cache une autre : l'insémination artificielle de lapins, élevés pour leur viande. Ces nouvelles vidéos, tournées par l'association L214 dans un élevage français de lapins à viande, montrent beaucoup d'images connues : cages insalubres, surpeuplées, animaux morts… Ces images mettent aussi en lumière l'utilisation d'une hormone polémique : parmi les produits trouvés dans cet élevage de lapins, l'hormone PMSG, aussi appelée eCG. Injectée aux animaux avant insémination, l’hormone eCG permet de programmer et de contrôler les naissances en provoquant l'ovulation.

Mais comment cette hormone PMSG est-elle obtenue ? À travers l'élevage de chevaux, dans des « fermes à sang », des fermes notamment présentes en Argentine et en Uruguay. Dans ces « fermes à sang », du sang est prélevé depuis la veine jugulaire de juments en gestation, afin de récolter l'hormone eCG. Jusqu'à 10 L par animal sont ainsi récoltés chaque semaine, pendant environ 2 mois. Puisqu'elles cessent de produire l’hormone PMSG au-delà du 120ème jour de gestation, les juments sont ensuite avortées à la main pour recommencer le cycle.

Un fort taux de mortalité chez les juments, pour une plus grosse récolte d’eCG

Les conditions d'élevage extrêmes pratiquées par ces fermes provoquent un fort taux de mortalité chez les animaux. « Les prélèvements de sang ont lieu la nuit, moi, je travaillais pendant la journée. Mais je sais que les juments mouraient en masse (…) parce qu'ils prennent trop de sang. Sur 100 juments, environ 25 mouraient, voire même 30 » raconte un ancien employé d’une « ferme à sang ».

Une fois récoltée, l’hormone eCG sert à la fabrication de produits destinés à l'élevage, notamment à l'étranger. Ainsi, les exportations de l’hormone PMSG, ou eCG, vers la France par la société Syntex Argentine ont représenté environ 10 millions de dollars entre janvier et mai 2017. « Les juments sont inséminées, le sang est prélevé, on extrait ensuite le plasma et ce plasma, une fois congelé, est exporté » explique Dr. Perdigón, propriétaire d'une ferme à sang.

Dans le cas de l'élevage montré dans les images de L214, on peut voir qu'en juin 2019, l'insémination de 507 lapines a permis d'obtenir la naissance de 3 840 lapereaux, dont 240 ont été « éliminés ». En moyenne, en France, 22 % des lapins d'élevage meurent avant l'âge d'être abattus, tandis que 30 millions de lapins ont été abattus dans le pays en 2017.

avatar
Brut.
20 août 2019 06:00