La crème solaire est un réflexe santé mais une nuisance pour l'environnement

La crème solaire, c'est : - un bouclier anti-UV pour vous ☀️ - un poison pour les océans ☠️ via Brut nature FR

La crème solaire, ce réflexe santé qui empoisonne les océans

C’est un bouclier anti-UV, mais c'est aussi un poison pour les océans. Elle est particulièrement nocive pour les coraux et les phytoplanctons.

Se mettre de la crème solaire sur la plage, un geste qui paraît anodin… Et pourtant ! 20 minutes de baignade suffisent pour qu'un quart de la crème solaire se dilue et se transforme en poison toxique pour la vie aquatique.

 Évitez au maximum les heures chaudes et mettez le plus possible de protections vestimentaires

Les premières victimes sont les coraux. Jusqu'à 14.000 tonnes de crème solaire se déposent sur les récifs coralliens chaque année. Un poids qui correspond à celui d’environ 3.000 éléphants. De plus, certaines benzophénones - des filtres UV couramment utilisés dans les crèmes solaires - durcissent les coraux à l'état larvaire et les enferment dans leur propre squelette. Les ingrédients utilisés dans les crèmes solaires affectent aussi une micro-algue nécessaire à la vie des coraux. Résultat : ils blanchissent et peuvent mourir.

Autres victimes de la crème solaire : les phytoplanctons, qui sont à la base de la chaîne alimentaire marine. Certains filtres UV produisent chez eux de hauts niveaux de stress, ce qui limite leur croissance. Pour protéger ses fonds marins, Hawaï a voté une loi inédite au printemps 2018. « Ce sera la première loi, pas seulement dans le pays, mais dans le monde, qui interdit les crèmes solaires contenant les dangereux produits chimiques oxybenzone et octinoxate », a précisé le sénateur hawaïen Mike Gabbard.

Se protéger des UV est indispensable pour éviter cancers et brûlures, mais il existe des crèmes biodégradables moins polluantes. Autre solution : « Éviter au maximum les heures chaudes, quand on peut, et mettre le plus possible de protections vestimentaires », conseille Sylvie Peres-Pierron, dermatologue.

avatar
Brut.
28 juin 2018 00:00