Le premier glacier islandais victime du changement climatique

Pendant ce temps-là en Islande... Des habitants font leurs adieux à Okjökull, premier glacier de l’île à disparaître à cause du changement climatique.

Une commémoration pour la mort d’un glacier islandais, victime du changement climatique

Les Islandais ont fait leurs adieux à Okjökull, le premier glacier de l’île à disparaître à cause du changement climatique.

Okjökull, le « Glacier Ok » en islandais, a fondu, au point de perdre son titre de glacier en 2014. C'est le premier glacier islandais à disparaître à cause du réchauffement climatique. Une « mort » qui pourrait en annoncer de nombreuses autres : chaque année, les glaciers de l'île perdent près de 11 milliards de tonnes de glace.

Pour alerter l'opinion sur le déclin des glaciers, une plaque commémorative a été inaugurée le 18 août 2019, sur l'ancien emplacement d’Okjökull, sur le volcan Ok. « Tous nos glaciers devraient connaître le même sort au cours des 200 prochaines années. Ce monument atteste que nous savons ce qui se passe et ce qui doit être fait. Vous seuls savez si nous l'avons fait » détaille la plaque commémorative.

Okjökull, symbole du changement climatique

La plaque a été installée sur l’ancien emplacement d’Okjökull, sur le volcan Ok, en présence de plusieurs dizaines de personnes, dont la Première ministre islandaise, Katrín Jakobsdóttir. « J'espère que cette cérémonie sera une source d'inspiration non seulement pour nous ici en Islande, mais également pour le reste du monde. Car ce que nous voyons ici n'est qu'un des visages de la crise climatique » a déclaré Katrín Jakobsdóttir lors de la cérémonie

Alors qu'environ 10 % de l'Islande est couvert de glace, la préservation des glaciers est un enjeu crucial pour le pays. Une fonte à grande échelle des glaciers islandais pourrait entraîner des destructions d'infrastructures, la diminution des ressources en eau ou encore des problèmes d'énergie. En effet, une grande partie de l’énergie renouvelable utilisée en Islande est produite par les rivières glaciaires. « C'est la raison pour laquelle la disparition des glaciers affectera notre système énergétique » alerte la Première ministre islandaise, Katrín Jakobsdóttir

Sur l'ensemble de la planète, si les émissions de gaz à effet de serre continuent au rythme actuel, 46 % des sites du Patrimoine mondial de l’Unesco pourraient perdre leurs glaciers d'ici 2100. « Le changement climatique, on ne le ressent pas tous les jours, c'est quelque chose qui arrive très lentement à l'échelle humaine et très rapidement à l'échelle géologique. Mais voir un glacier qui disparaît, c'est quelque chose qu'on ressent, qu'on comprend » conclut Julien Weiss, professeur d'aérodynamique à l'université de Berlin, venu assister à la cérémonie de commémoration de l’ancien glacier Okjökull.

avatar
Brut.