Le Président autrichien brandit un ours polaire en peluche à la COP25

"Le monde de David ressemblera-t-il à ça ?" Dans un discours émouvant à la COP25, le président écologiste autrichien a décrit le monde apocalyptique que les dirigeants allaient laisser à leurs enfants. Et celui qu'ils peuvent encore leur offrir en agissant maintenant.

À la COP 25, le président autrichien livre un discours poignant sur la préservation de la planète

Chers collègues, ceci est un ours polaire”, annonce le président autrichien Alexander Van der Bellen, en brandissant un ours polaire en peluche. Ainsi commence son discours poignant, qui a particulièrement marqué la première journée du Sommet de l’ONU sur le climat, le 2 décembre 2019.

L’écologiste Alexander Van der Bellen évoque un jeune garçon d’environ 6 ans, appelé David. Et, bien sûr, le petit David songe à quoi ressemblera le monde quand il sera adulte. Alors, le président autrichien décrit : “Vers 2050, David aura peut-être lui même des enfants. Sa famille vivra peut-être à Vienne, mais ce ne sera plus la Vienne de son enfance. La ville sera extrêmement chaude pendant des mois et beaucoup d’arbres n’auront pas survécu à la chaleur. L'année précédente, sa fille aura peut-être attrapé la dengue, qui est normalement une maladie tropicale.

“2020 sera l’année où nous devrons décider”

Mais, ce n’est qu’une possibilité. En effet le monde de David pourrait ressembler à cela : “L’air à Vienne sera sans particules fines. David utilisera principalement les transports publics, qui couvriront toutes les parties de la ville et au-delà. Les voitures fonctionneront uniquement à partir d’énergies renouvelables. Vienne sera beaucoup plus verte qu’à l’époque de son enfance. Les nouveaux arbres plantés apporteront de l’ombre et rafraîchiront la ville. Ailleurs, les dernières centrales électriques à charbon auront fermées depuis longtemps. Et les entreprises pétrolières seront devenues des entreprises de production solaire.” Pour finir, le président autrichien demande à ses homologues de penser à ces enfants lorsqu’ils prennent des décisions au nom de leur pays : “Je souhaite à David et à chacun d’entre vous un avenir à envisager.

avatar
Brut.
3 décembre 2019 19:12