Le street-art pour alerter sur l’extinction animale

Street artiste, Nadège Dauvergne colle ses peintures d’animaux sauvages menacés pour éveiller les consciences sur les menaces d'extinction.

“L’étau se resserre énormément autour de certains animaux”

Nadège Dauvergne est une street artiste française. Sur les murs de Paris, elle colle ses peintures d’animaux afin d’éveiller les consciences sur les menaces d’extinction. “Là, j’ai 120 putois à coller donc j’ai une équipe de choc”. Elle est accompagnée de bénévoles qui l’aident à coller les peintures. “Cette série Exodus ça part de l’état de la campagne. Le putois c’est un peu comme un porte drapeau finalement. L’idée c’est d’aider les gens à connaître ces animaux” explique Nadège Dauvergne. 40 % des espèces d'oiseaux sont menacées d'extinction dans le monde

Renards, sangliers, blaireaux ou comme ici, putois, les collages représentent des animaux sauvages que l’on croise encore en France mais dont la présence est menacée. “Même si c’est pas l’ours blanc, c’est quand même des petites espèces sur lesquelles on a un impact et qu’on voit de moins en moins dans la nature” déclare une colleuse. Nathalie de Lacoste est référente du dossier putois à l’association SFEPM. Elle salue cette initiative : “C’est une espèce qu’on observe très, très souvent, morte sur la route. C’est même la première donnée d’observation qu’on peut faire du putois”. “Nous on souhaiterait qu’il soit sur la liste des espèces protégées parce qu’il n’y a que quand on peut protéger une espèce qu'ensuite, on peut mettre des mesures concrètes de conservation” ajoute Nathalie de Lacoste. Ce collectif veut sauver le rhinocéros de Sumatra de l'extinction

avatar
Brut.