Mission Microplastiques 2019 : aux origines de la pollution plastique en mer

6 mois à sillonner les plus grands fleuves d’Europe. C’était la mission Microplastiques 2019 menée par la Fondation Tara Océan. Leur but : remonter aux origines de la pollution plastique en mer. Ils sont revenus. Voici ce qu’ils ont observé.

Le bateau Tara remonte les fleuves pour trouver les origines de la pollution aux microplastiques

La Mission microplastiques a commencé en mai 2019. Le bateau mythique Tara a voyagé 6 mois dans 10 fleuves européens. Son objectif est de découvrir l’origine des plastiques qui polluent les océans afin de voir leur impact sur la biodiversité.

80 % des plastiques viennent des fleuves”, assure Jean-François Ghiglione, directeur scientifique de la Mission microplastiques 2019. Le filet, fait partie des outils utilisés majoritairement pendant cette expédition car il sert à récolter ces plastiques. À l’arrière du bateau se passent les prélèvements. Ainsi, parmi les fleuves échantillonnés, tous sont contaminés par le plastique. Souvent, ces plastiques font la taille d’un grain de riz et donc vont forcément impacter toute la chaîne alimentaire. Par ailleurs, ces plastiques sont des “éponges à polluant”, donc après leur ingestion, les animaux sont susceptibles d’être contaminés. L’objectif de la mission, c’est de voir l’impact des micro-plastiques sur la biodiversité.

Remonter à la source de la pollution

À l’intérieur du bateau, les plastiques sont triés et échantillonnés, avant d’être envoyés au laboratoire : “en fonction du type des plastiques trouvés on pourra remonter à la source de la pollution”, explique Valérie Barbe, chercheuse au Genoscope. Du plastique on en trouve partout, “dans l’air, dans l’eau, dans les fleuves”, énumère Romain Troublé, directeur général de la Fondation Tara Océan. Dans 5 ans, il imagine la France être la championne d’Europe de recyclage. Cependant, très loin du compte aujourd’hui, la France est l’un des plus mauvais acteurs européens sur le recyclage. Qu’on soit consommateur, entreprise ou politique “on a tous un rôle à jouer”, pour réduire la consommation de plastique à usage unique, affirme Romain Troublé.

avatar
Brut.
26 novembre 2019 07:49