Sierra Leone : la maire de Freetown s'engage contre le réchauffement climatique

C'est l'un des pays les plus pauvres au monde. Pourtant, la Sierra Leone se donne les moyens de lutter contre le réchauffement climatique, dont elle est l'une des premières victimes. À l'occasion du C40 Cities, Brut nature a rencontré Yvonne Aki-Sawyerr, maire de la capitale du pays, Freetown. Voilà sa vision.

La maire de Freetown mène son combat contre le réchauffement climatique

Les températures s’intensifient, l’eau se raréfie… Des événements climatiques extrêmes affectent la Sierra Leone et sa capitale Freetown. Face à ces changements, la maire de Freetown, Yvonne Aki-Sawyerr, refuse de baisser les bras et s’engage à appliquer des mesures écologiques.

Ce que nous voyons aujourd’hui avec les climat ressemble à ce qu’on voyait pendant la guerre”, annonce Yvonne Aki-Sawyerr, aire de Freetown. En effet, lorsque les gens ont été déplacés à cause de la guerre, la population de Freetown est passée de 500 000 habitants à plus d’un million. En août 2017, des pluies anormalement intenses ont entraînées des glissements de terrain qui ont fait près de 1000 morts. Deux ans plus tard, de nouvelles pluies torrentielles ont forcé des milliers d'habitants à quitter leur logement. Ainsi, le changement climatique force la population à se déplacer, une fois de plus, vers Freetown.

"Nous ne devons pas nous contenter de nous adapter au changement climatique, nous devons aussi le combattre"

Pour réduire les émissions de gaz à effet des serre, la maire de Freetown, s'est engagée à prendre des mesures écologiques sur les 2 secteurs les plus émetteurs. D’après la maire de Freetown, seulement 6 % des déchets liquides et 21 % des déchets solides sont collectés de manière sûre. Deux décharges à ciel ouvert existent depuis 30 et 40 ans. Cependant, elles sont pleines de méthane, qu’elles rejettent dans l’atmosphère. À long terme, l’objectif d’Yvonne Aki-Sawyerr est de construire une centrale à ordures en dehors de la ville et de transformer les décharges en un centre d’enfouissement spécialement aménagé. D’autre part, la combinaison de véhicules utilisée à Freetown contribue fortement aux rejets de gaz à effet de serre. Yvonne Aki-Sawyerr prévoit d’implanter un système de télécabines qui pourra transporter 6000 personnes par heure. Ainsi, en Sierra Leone, un habitant émet en moyenne chaque année 100 fois moins de CO2 qu'un habitant des États-Unis. “Nous devons porter ces solutions (…) car l’action climatique doit être l’affaire de chacun de nous”, insiste Yvonne Aki-Sawyerr.

avatar
Brut.
27 novembre 2019 07:49