Un million de chats seraient abattus et mangés chaque année au Vietnam

Un million de chats seraient abattus chaque année au Vietnam pour être mangés, un plat qui gagne en popularité. Chats errants capturés, chats de compagnie volés… Les associations FOUR PAWS International et Change For Animals Foundation lancent l'alerte sur ce trafic en pleine expansion.

Au Vietnam, le trafic de chats est en pleine expansion

Les vendeurs capturent des chats errants ou volent des chats de compagnie, fournis directement aux restaurants ou revendus à des grossistes.

C'est un trafic peu connu, mais en pleine expansion au Vietnam. Chaque année, un million de chats y sont abattus pour être mangés, selon un rapport des ONG Four Paws et Change For Animals Foundation.

Enlevés puis fournis directement aux restaurants ou revendus à des grossistes

Originaire des provinces du nord, cette consommation gagne en popularité dans le pays depuis une dizaine d’années. Pour répondre à la demande, les vendeurs capturent des chats errants ou volent des chats de compagnie, fournis directement aux restaurants ou revendus à des grossistes.

« Chez les grossistes, nous avons découvert de nombreux chats avec des colliers, un signe évident qu'il s'agissait d'animaux de compagnie. Au cours de nos recherches, nous avons également rencontré de nombreux propriétaires d'animaux de compagnie qui cherchaient désespérément leur chat volé », s’insurge la Dre Katherine Polak, vétérinaire pour Four Paws en Asie du Sud-Est.

La viande se vend environ 7,50 euros le kilo

Des grossistes, les chats sont transportés dans des cages jusqu'à un lieu de vente ou un abattoir, qui peut se situer à des centaines de kilomètres. La plupart des voyages se font sans eau ni nourriture, parfois dans les soutes de bus de passagers.

Sur le trajet, plusieurs d'entre eux meurent de déshydratation, d'épuisement ou de blessures. Les autres sont ensuite noyés ou battus à mort. Ce commerce est lucratif : alors qu'un chat vivant vaut l'équivalent de 5,70 euros le kilo, la viande se vend environ 7,50 euros le kilo et jusqu'à 18,90 euros le kilo dans le cas des chats noirs, plus recherchés.

Une pratique dénoncée pour sa cruauté et ses risques sanitaires

Cette pratique est dénoncée pour sa cruauté et les risques sanitaires qu'elle entraîne. Alors que la possession d’animaux de compagnie se popularise, de plus en plus de Vietnamiens considèrent en effet les chats comme des membres de leur famille et craignent qu’ils soient volés. Au Vietnam, la consommation de chat était totalement interdite entre 1998 et janvier 2020. Le commerce inter-provincial est par ailleurs illégal depuis 2009. Depuis 2012 enfin, une personne qui transporte un chat doit avoir une preuve de son origine. Mais ces lois sont peu appliquées.

« Four Paws appelle les gouvernements d'Asie du Sud-Est à introduire, renforcer et appliquer les lois sur la protection des animaux, afin de mettre fin à la capture, à l'abattage et à la consommation de chiens et de chats. Ceci permettra non seulement de protéger les animaux, mais aussi les personnes contre les risques de santé publique », a déclaré la Dre Karanvir Kukreja.

avatar
Brut.
25 août 2020 06:19