Une vie : Paul Watson

C'est un héros de l'environnement pour certains, un "éco-terroriste" pour d'autres. Paul Watson a un combat : protéger les océans, par tous les moyens. Voici le parcours controversé du fondateur de Sea Shepherd Global.

Une vie : Paul Watson

C'est un héros de l'environnement pour certains, un "éco-terroriste" pour d'autres. Paul Watson a un combat : protéger les océans, par tous les moyens. Voici le parcours controversé du fondateur de Sea Shepherd Global.

« Si nous exterminons les baleines, cela aura des conséquences extrêmement graves pour la diversité de nos océans et, bien sûr, des conséquences très graves pour l’humanité » alerte Paul Watson. Né au Canada le 2 décembre 1950, Paul Watson a grandit dans le New Brunswick, où il s’insurge, dès l’enfance, contre la chasse et la pose de pièges. À 18 ans, Paul Watson découvre la mer et la navigation, d’abord comme garde-côtes, puis comme matelot sur un porte-conteneurs.

Âgé de 21 ans, Paul Watson participe à la création d'un comité contre la tenue d’essais nucléaires sur l'île d’Amchitka, au large de l'Alaska. Le groupe achète un bateau, qu'il utilise pour tenter de rejoindre l'île et empêcher la détonation, sans succès. En 1972, le comité décide d'adopter le nom du bateau : Greenpeace. À l'âge de 22 ans, il devient ainsi l'un des premiers membres de Greenpeace.

De Greenpeace à Sea Shepherd

Au cours des années suivantes, Paul Watson participe à plusieurs campagnes de l'ONG, entrant notamment en conflit direct avec la flotte baleinière soviétique et faisant participer l'actrice Brigitte Bardot à une célèbre opération dénonçant la chasse aux phoques. À 27 ans, Paul Watson quitte Greenpeace à la suite d'une querelle avec les autres membres, qui lui reprochent son radicalisme.

La même année, il fonde la Sea Shepherd Conservation Society, dédiée à la protection de la vie marine et prônant le recours aux actions directes. Son combat le plus célèbre : celui contre les baleiniers. « Les baleines sont des êtres extrêmement sociaux, intelligents et conscients, ils ont conscience d'eux-mêmes. Et ils sont traqués » détaillait Paul Watson.

Abordage, sabotage… Des moyens d’action controversés

Mais ses méthodes font polémique, notamment le recours au sabotage et à l'abordage dès qu'ils sont jugés nécessaires. Pour cela, il utilise une flotte de navires patrouillant à travers le monde pour documenter les activités des baleiniers et empêcher tout acte de pêche considéré comme violant la loi internationale.

Au cours des dizaines d'opérations que l'organisation a mené partout sur la planète au fil des années, plusieurs bateaux de pêche ont été coulés lors d’actes parfois qualifiés de piraterie. Pour ces actions, Paul Watson est arrêté à plusieurs reprises, notamment au Canada en 1993 et en Allemagne en 2012.

Aujourd'hui, âgé de 67 ans, il est réfugié en France pour se protéger d’un mandat d’arrêt émis par Interpol à la demande du Japon et du Costa Rica. « Les Japonais pensent qu'ils peuvent faire taire Sea Shepherd en m'attaquant. Mais en fait, ils nous ont rendu plus forts » déclare Paul Watson à ce sujet. Pour certains, le fondateur de Sea Shepherd est un éco-terroriste, pour d’autres, il est un héros de l’environnement. Paul Watson est l'une des figures les plus controversées de l'histoire du militantisme écologique.

avatar
Brut.
1 septembre 2018 10:24