Zimbabwe : plusieurs dizaines d'éléphants retrouvés morts

Ils ne trouvent plus à boire, ils manquent de nourriture... Au Zimbabwe, au moins 55 éléphants sont morts en seulement 2 mois.

Au Zimbabwe, les éléphants sont victimes de la sécheresse

Le Zimbabwe subit actuellement une période de sécheresse exceptionnelle. En plus d’être plongé dans une crise économique depuis des années, le pays est désormais victime d’une forte aridité. La sécheresse des terres provoque des pénuries d’eau et de nourriture, affectant la faune et la flore du pays.

Au Zimbabwe, les éléphants sont particulièrement touchés par la crise. Dans le parc national de Hwange, le plus grand du pays, les éléphants n’ont plus accès à l’eau. En l’espace de seulement 2 mois, 55 éléphants sont morts assoiffés. Face à ces pertes, les autorités ont tenté de creuser la terre jusqu’à 400 mètres de profondeur afin de trouver de l’eau : des efforts qui n’ont pas abouti. Pour survivre, certains éléphants se sont donc exilés. Pendant leur trajet, certains d’entre eux ont fini par envahir des communautés villageoises.

La quête de l’eau accentue les conflits entre les hommes et les éléphants

En espérant trouver de la nourriture et de l’eau, de nombreux éléphants empiètent sur certains villages situés autour du parc de Hwange. En effet, en 2019, plus de 20 personnes ont été tuées par des éléphants, au Zimbabwe. Les autorités considèrent que cette crise est liée à un nombre surélevé d’éléphants. En effet, le parc de Hwange est censé pouvoir accueillir 15 000 éléphants mais en accueille aujourd’hui plus de 50 000. Le gouvernement a donc décidé de vendre certains éléphants aux pays voisins, pour ainsi contribuer à une meilleure protection, à la fois des habitants et des éléphants. Une solution lourdement critiquée par certains activistes environnementaux qui considèrent que le gouvernement est entièrement responsable de cette situation.

avatar
Brut.
23 octobre 2019 15:28