retour

#MeTooGay libère la parole des hommes victimes de violences sexuelles

"Être un homme ne t'empêche pas d'être une victime." Avec #MeTooGay, la parole des hommes victimes de violences sexuelles aussi s'est libérée. Maxime Haes raconte.

Maxime Haes nous parle du #metooGay

Avec le #metooGay, Maxime Haes a pu parler de son ressenti. Pour Brut, il explique les enjeux derrière cette libération de parole, et quelles oppressions existent au sein de la communauté homosexuelle.

Être un homme ne t’empêche pas d’être une victime

Maxime Haes veut insister sur l’interdit, le tabou autour de la prise de parole d’hommes ayant subi des agressions ou des violences sexuelles : “Il a fallu aussi que les mecs comprennent qu’ils pouvaient témoigner en tant que victimes, et dénoncer en tant que victimes. Et qu’être un homme ne t’empêche absolument pas, en fait, d’être une victime.” Il rappelle que les agressions, qu’elles touchent la communauté homosexuelle ou hétérosexuelle, sont majoritairement commises par des hommes. “96% des viols sont commis par des hommes”, précise-t-il. Maxime Haes explique que les hommes grandissent avec l’injonction de ne pas exprimer sa tristesse, de rester “ forts”, “puissants”, de ne pas dénoncer, de ne pas montrer ses émotions.

Le manque de légitimité même au sein de la communauté LGBT

Au sein de la communauté LGBT, Maxime Haes déplore l’existence de stéréotypes qui empêchent les victimes d’avoir une parole. Il rappelle : “Ce n’est pas parce qu’on est LGBT qu’on vit dans une bulle, protégée de tout ce qui est endoctrinement et déterminisme social, patriarcal.

Il évoque la conception de la personne “active” et “passive” dans un couple homosexuel, la seconde étant la personne qui “ fait la femme, qui donc du coup, perd un peu cette masculinité dans l’inconscient collectif”, explique Maxime Haes.

Lorsque l’on est “passif”, et que l’on subit un acte sexuel auquel on ne consent pas, Maxime Haes affirme qu’il peut y avoir un raisonnement malsain et dangereux, que les victimes se disent au fond d’elles-mêmes : “Est-ce que c’est vraiment un viol ? Est-ce que ce n’est pas un peu ma place aussi d’être passif, et bon des fois, ça fait un peu mal" Un raisonnement contre lequel Maxime Haes lutte : “Non, ce n’est pas ta place.

Afin de lutter contre ces oppressions, il souhaite démontrer qu’il y a une réelle pluralité d’identités, identités de genre, identités sexuelles. Nier la diversité, c’est pour lui “simplement mettre la réalité sous le tapis. Le problème, c’est qu’à un moment donné, le tapis, il déborde”.

25/01/2021 17:09
  • 142K
  • 68

55 commentaires

  • Fred M.
    29/01/2021 16:34

    cet accent parisien, ces mimiques, cette peau qui brille, cette façon de s'écouter parler en pensant être me nombril du monde, ce côté donneur de leçon.... tout ça est proprement insupportable. Surtout quand on connait le passif du jeune homme.

  • Philippe D.
    29/01/2021 09:14

    Le gars utilise la novlangue LGBT ("silencier", "masculinité toxique") pour nous fourguer son idéologie. Penser que le problème se résoudra en donnant des poupées aux garçons ou en les habillant en fille est un leurre. Dommage que des mots comme morale ou conscience ne soient plus convoqués.

  • Tristan R.
    29/01/2021 07:28

    🤣🤣🤣, vous me fatigué les LGBTQqfhdjeufbejzbdvfjzbsjkd...

  • Tabac E.
    28/01/2021 12:14

    Allez vivre sur mars, personne ne vous empêche de vivre votre débauche là-bas. Ici on a tous une responsabilité, celle de respecter la dignité humaine et preverser ainsi le Shema naturel de la reproduction.

  • Anne L.
    27/01/2021 10:17

    Oui, les violences (sexuelles, conjugales, misandrie ordinaire etc) faites aux hommes restent encore un sujet tabou. La preuve. A voire cette vidéo, vous montrez un homme homosexuel victime de violences de la part d un autre homme... difficile de considérer un homme hétérosexuel victime de violences de la part d une femme?? Oui, car difficile de sortir de cette nome societale: homme hetero: prédateur femme: victime. Voire la question " du viol conjugal" dans les chroniques de Brigetone : lever de boucliers des femmes... Allongement du congé paternite: opposition principalement féminine. Pas de campagnes de sensibilisation pour les hommes contre les violences. Commentaires violents banalisés sur les réseaux sociaux au sujet des hommes. Quand la misandrie ordinaire est la norme dans notre société.. Beaucoup de chemin à faire vers l egalite... A quand un vrai discours universel et non genre contre les violences?

  • Jef V.
    27/01/2021 08:47

    Un homme victime de violences sexuelles ? 🤔 bin c'est pas un homme alors !!!

  • Lucie D.
    26/01/2021 17:43

    Je ne comprends pas pourquoi le # est alors que l'on parle de viols et violences faitent aux hommes. Je témoigne tout mon soutient au mouvement et à la personne interviewée, seulement l'intitulé n'exclut-il pas les hommes hétérosexuelles victimes de viols, que ce soit par des hommes ou par des femmes (ce qui est souvent d'autant plus difficile à faire reconnaitre en justice) ? Je me questionne en toute ingénuité, j'espère n'offenser personne.

  • Fred V.
    26/01/2021 17:05

    Bientôt être hétéro sera mal vu, un peu comme être Français en France....le monde est foutu.

  • Thérèse P.
    26/01/2021 12:26

    Tout mon soutien a toutes ces victimes

  • Gigi A.
    26/01/2021 12:08

    https://m.facebook.com/photo.php?fbid=3875399395817848&id=100000434772675&set=a.101552153202610&source=48&refid=17&_ft_=mf_story_key.3875399495817838%3Atop_level_post_id.3875399495817838%3Atl_objid.3875399495817838%3Acontent_owner_id_new.100000434772675%3Athrowback_story_fbid.3875399495817838%3Aphoto_id.3875399395817848%3Astory_location.4%3Astory_attachment_style.photo%3Athid.100000434772675%3A306061129499414%3A2%3A0%3A1612166399%3A6263776124769244304&__tn__=EH-R

  • Gabriel D.
    26/01/2021 09:41

    Bon ben celui-là il brille par son sébum, pas son intellect... 🙄

  • Muriel M.
    26/01/2021 08:51

    Pas facile non plus d'être un mec!!! Bravo Monsieur pour votre prise de parole.

  • Stéphanie E.
    26/01/2021 07:35

    C'est pas facile d'être soi-même dans une société où l'on est critiqué et jugé constamment. Que l'on soit homo ou hetero, femme, homme... Je connais une nana qui s'est fait violer par son mec. Et bien ses parents lui ont que ce n'était pas grave parce que c'était son mec.... Et ils lui ont dit aussi d'arrêter de pleurer... La plaie l'humanité...

  • Max M.
    26/01/2021 02:26

    J'ai lu le "titre" j'étais content Puis finalement,non .

  • Sofian M.
    25/01/2021 23:14

    Cela ne veut rien dire patriarcale .... le matriarcale est présent dans les sociétés depuis tout le temps... Le matriarcat est idéalisé, sacralisé à tort... Mais il est responsable et coupable autant que le patriarcat de tout les excès de nos sociétés.. Des perverssion,dérives ect...

  • Thibault S.
    25/01/2021 22:56

    de la même façon que ça n'implique pas d'être un agresseur. On semble découvrir que les choses ne sont pas toutes blanches ou toutes noires, et qu'il n'y a pas des super gentils d'un côté et des super méchants de l'autre, catégorisés, bien rangés chacun dans leurs cases...

  • Mikaël M.
    25/01/2021 22:32

    Bonjour l'accumulation de sur la masculinité... 🤔

  • Juliette M.
    25/01/2021 22:11

    on en parlait hier ! Je ne savais pas que le # était sorti !

  • Ave A.
    25/01/2021 22:05

    Actif ou passif, ça t'appartient, tes pratiques sexuelles n'ont rien à voir avec ça, si qqun a ete victime d'un viol, c'est à dire d'un rapport non consenti entre adultes responsables, la personne a subi un viol. Fin de la discussion. Et le viol est un acte puni par la loi, il n'y a pas d autre consideraton à avoir, LGBT+ ou hetero.

  • Annick B.
    25/01/2021 21:28

    Hommes ou femmes une victime est une victime point !!