retour

Anastasia Colosimo sur la liberté d'expression

"Les opinions ne disparaissent pas si on interdit les discours." La loi française limite trop la liberté d'expression. C'est ce que pense Anastasia Colosimo, enseignante à Sciences Po. Voilà pourquoi c'est dangereux, selon elle.

14/06/2018 00:00
  • 267.4k
  • 300

111 commentaires

  • ᛈᛖᚾᛖᛚᛟᛈ ᚹ.
    25/06/2018 23:49

    Oh mais oui... tient ont pourrait dire la même choses pour les meurtres, les viols et tous le restes..... il y a des gens qui ne font rien car ils ont peur des représailles et d'autre qui s'en foutent ... d'où l'existence des prisons, amendes et tous le reste!! Mais, c'est sur que légalisé des propos raciste, sexiste, etc ( qui ont été mis dans une case judiciaire, c'est meilleur) et d'augmenter l'expansion à des groupes, aujourd'hui interdite... serais grandement enrichissent et moins dangereux... et puis même si les parents éduquent, personne n'as le même style pour moi, insulter quelqu'un c'est ok, mais pour un autre non... et bien voilà ... rendu la soyons aussi tous née de la meme façons de pensée, Parce qu'ont doit tous avoir la même éducation pour pouvoir etre capable de vivre en commune ... pfff rendu la ta liberté d'expression c'est rendu de la merde et n'existent plus!! Même si l'opinion reste, certains n'ont pas le courage d'aller plus loin et c'est tant mieux!!

  • Philippe V.
    24/06/2018 19:51

    Bullshit et c'est prof à science po mon dieu

  • Julien R.
    24/06/2018 18:53

    regarde qui c’est

  • Kum K.
    22/06/2018 14:18

    Surtout que pour combattre des idées ils faut qu'elles puissent être exprimées...

  • Michel B.
    22/06/2018 09:44

    Une certaine confusion empêche un débat argumenté : certains commentateurs pensent qu'en lisant des horreurs comme mein kampf on en désamorce le contenu, d'autres pensent que la qualité du styliste Céline autorise à publier ses appels au meurtre. Remettons les choses à l'endroit : le propre de l'homme est avant l'action d'émettre ou de saisir des mots, des phrases, des consignes; le cerveau est ainsi empli de mots et de ces mots et de leur association découlent des actions modulées par les interdits sociaux. Si une catégorie de mots n'est pas assignée par son interdiction à la catégorie du Mal alors ils sont actifs et vont voir les porteurs de ces mots passer à l'acte agressif ou meurtrier envers celui que les mots désignent comme "à abattre, tuer etc.".

  • Jean-louis J.
    22/06/2018 08:33

    Il ont bien abaissé le niveau de Science Po .

  • Maaz G.
    21/06/2018 16:06

    MAIS C’EST BAE 😍😍😍

  • Michel B.
    21/06/2018 16:04

    débat mal positionné elle mélange insultes et liberté d'expression, le propre d'une société est la civilité. la civilité bannit les insultes.

  • Di M.
    21/06/2018 14:09

    Quelle pauvre conne, et dire qu'elle enseigne à sciences po!!! Et bah dit donc!!!! Y a vraiment du soucis à se faire!!!

  • François E.
    20/06/2018 23:52

    Elle énonce même pas le pb, alors quoi nazis, racistes en tous genre, discours haineux, calomnies et diffamations seraient mieux éradiqués en les banalisant ? Mais n'importe quoi. La démocratie c'est pas le droit de chier à la gueule des autres, y'a rien a opposer à ça..

  • Yacou K.
    20/06/2018 21:18

    Trop de liberté devient liberticide !!!

  • Khevang S.
    20/06/2018 11:00

    C'est vrai et non à la fois. Il faut une certaine limite de la Loi à la liberté de méchanceté, d'insultes dans le langage. Sinon, dans certains cas, il y a boule de neige et les dérapages deviennent tolérances...

  • Gilbert R.
    20/06/2018 10:51

    L’état doit s'engager pour l’éducation ? la politesse ? à la tolérance ?.... désolé madame ça c'est le boulot des parents !!!!!

  • Colombe D.
    20/06/2018 10:01

    , j'avoue que je n'ai rien compris à son exposé et pourtant j'ai pas mal de neurones qui fonctionnent 🤔🤔

  • Yvette L.
    20/06/2018 09:43

    c'est un gag? inaudible car surjoué, attitude si grotesque que j'ai cru qu'elle le faisait exprès pour dénoncer les artifices de com!

  • Alexandre J.
    20/06/2018 09:03

    Effectivement, elles disparaissent pas. Par contre, elles ont tendance à se radicaliser...

  • Cyril G.
    20/06/2018 08:36

    La Libre Parole dans les facs a coûté 5 millions d'euros . C'est qui paye ? Arrêtez de faire de la politique et enseignez le Français au lieu de (in) somatiser sur la liberté d'expression.

  • Nicolas F.
    20/06/2018 08:26

    Désolé mademoiselle, mais si on me traite de sale nègre ou de sale pédale, je n'ai pas envie de revoir toute l'éducation de la personne. J'ai juste besoin que la loi me protège.

  • Alexis R.
    20/06/2018 07:57

    ce que je décris depuis longtemps

  • Lau S.
    20/06/2018 07:27

    Elle a résumé ce que je dis depuis toujours. Interdire expression de l'opinion du peuple revient à le museler et à exacerbé la conscient publique et pousser le collectif vers les pensée et actes extrémistes. Problème la machine est déjà lancée. Comment ils vont pouvoir l'arrêter ?