retour

Cirque itinérants : les animaux sauvages progressivement interdits

"J'étais dompteur d'animaux féroces. Eh bien un jour, j'ai décidé que c'était une erreur."

La fin des animaux sauvages dans les cirques

Le gouvernement vient d’annoncer la « fin progressive » des animaux sauvages dans les cirques itinérants en France. Bonne nouvelle pour les défenseurs des animaux, mauvaise nouvelle pour les travailleurs de ce milieu.

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique annonce la fin progressive des animaux sauvages dans les cirques itinérants de France. Cette décision tombe en accord avec l’avis des Français. En octobre 2019, 65 % d’entre eux se disent « défavorables » à la présence des animaux dans les spectacles de cirque.

Vers une évolution du cirque traditionnel

De nombreux travailleurs du cirque se sont insurgés contre cette décision. D’autres l’ont pris avec le sourire. André-Joseph Bouglione est un ancien dompteur de cirque. Au bout de 20 ans de carrière, il décide de ranger son fouet et crée un cirque sans animaux. « * Eh bien un jour, j’ai décidé que c’était une erreur parce que ce sont des animaux en voie d’extinction, ou qui sont malheureux en cage. Et aussi pour les enfants, le public tout simplement », dit-il.

Pour remplacer les animaux, il a trouvé une alternative : des hologrammes ! Pour André-Joseph Bouglione, cela fait partie de l’évolution du crique traditionnel. « Le jour où il n’évolue plus, il n’est plus cirque traditionnel », affirme-t-il.

« Certains dompteurs n’évolueront pas »

« Nous souhaitons accompagner les circassiens à réinventer leur métier. C’est un énorme travail qu’on leur demande et nous leur avons assuré que l’État serait à leurs côtés », annonce la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Des fonds vont également être mis en place pour aider les professionnels.

André-Joseph Bouglione en est persuadé, « certains dompteurs n’évolueront pas ». Selon lui, ceux-là préféreront complètement arrêter leur activité, par fierté. Toutefois, il reste optimiste : « c’est une chance pour la génération qui vient, d’envisager ce métier, qui n’est pas seulement un cirque itinérant, mais un métier artistique. » Il poursuit : « Ils vont pouvoir se projeter dans ce métier artistique débarrassé de cette habitude du passé qu’on nous a léguée mais qui est aujourd’hui obsolète. »

D’autres animaux concernés

Barbara Pompili fait d’autres annonces, notamment au sujet du bien-être animal. Elle évoque la fin de la reproduction et l’introduction de nouvelles orques et de dauphins dans les trois delphinariums français (Marineland, Parc Astérix et Planète Sauvage).

« *Nous souhaitons que l’animal sauvage soit à nouveau regardé comme ce qu’il est. C’est-à-dire avec une vocation à vivre en liberté et aussi une vocation que nous avons de le respecter et de le protéger », assure la ministre de la Transition écologique.

La fin de l’élevage des visons pour leur fourrure est aussi annoncée. Elle concerne les quatre fermes de France encore en activité. Néanmoins, le combat pour le respect des animaux sauvages n’est pas fini.

29/09/2020 18:32
  • 921.3K
  • 804

352 commentaires

  • Lau Ʀ.
    27/10/2020 08:02

    Si tous pouvaient prendre conscience comme lui ! Merci 🙏🏻🙏🏻🙏🏻

  • Aurelie E.
    24/10/2020 22:07

    Bravo Mr Bouglione Joseph

  • Nathalie M.
    23/10/2020 23:27

    Bravo monsieur 👏

  • Gérard R.
    23/10/2020 17:04

    Bien dit francky

  • Francky W.
    22/10/2020 19:13

    Hypocrite il s'est séparé de ses lions car il en avais peur, la plupart venait de chez moi . Les animaux reste comme ils ont été élevés. Même élevés en captivité ils restent un fauves. Dompteur d'opéra sans commentaire.

  • Francky W.
    22/10/2020 19:05

    Hypocrite il

  • Cartoushow C.
    22/10/2020 17:10

    Sage décision Monsieur !!!

  • Teddy S.
    22/10/2020 07:16

    Moi je connais bien ce monsieur tu parles et j'aimerais bien savoir où il a mis ses tigre apparemment en carpette dans un taxidermiste lui il a jamais été dresseur il était bourreau moi je suis un dresseur et pas lui lui c'est un guignol qui fumer le pétard toute la journée des éléphants il n'a jamais eu de sa vie c'était la honte des cirques français voir mondiale il a jamais pu faire tourner son cirque c'était crasseux

  • Benedicte C.
    21/10/2020 20:58

    20 ans pour se rendre compte qu'un animal souffre dans un cirque: c'est consternant.

  • Elisabeth R.
    20/10/2020 22:56

    c est vrai que mettre des animaux en cage et les sortir juste pour leur numéro, c est très intéressant (pour eux, pauvres bêtes ). Je n ai jamais emmené mes petits enfants au cirque et j en garde un mauvais souvenir quand j étais gamine.

  • Julie D.
    15/10/2020 00:20

    C’est quand même dingue.. que cet homme continue de dresser des animeaux ou qu’il prenne conscience que ce monde n’a pas besoin d’exploiter ces betes, on le critique quand même en disant « c’est marketing » « un peu tard quand même » Quel manque d’ouverture d’esprit, certains sont autant aigris que ça pour critiquer tjr négativement? c’est penible

  • Victor C.
    13/10/2020 19:29

    Bravo !

  • Marilyne H.
    12/10/2020 16:06

    Il était temps!!!

  • Veronique S.
    12/10/2020 07:43

    Disons plutôt que vous n avez plus le choix face à tant de contradicteurs !!!

  • Anne L.
    11/10/2020 22:04

    M énerve quand même

  • Dominic S.
    10/10/2020 15:12

    Animaux en cage ??? Actuellement il y a plus de tigres en captivité que dans la nature.

  • Francoise P.
    09/10/2020 22:31

    Super mais il a oublié la corrida

  • Ivan D.
    09/10/2020 13:45

    Ta décidé que c'était une erreur quand vous avez commencé à avoir la pression...torturer des animaux et dire j'arrête un jour,ça n'excuse absolument rien!!!

  • Christian L.
    09/10/2020 09:59

    Faut qu'il arrête l'herbe

  • Françou E.
    09/10/2020 06:08

    Bravo monsieur !!! Une belle prise de conscience .. mieux vaut tard que jamais..👏👍

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.