Comment lutter contre le décrochage scolaire ?

Rachid Zerrouki est professeur dans un micro-collège. Il a fait du décrochage scolaire son combat. Brut l’a rencontré.

“L'estime de soi, c'est vraiment ce qui permet d'avancer”

“Le décrocheur est vu avant tout comme un flemmard. C'est quelque chose qui est assez éloigné de la réalité parce qu’il y a des choses qui ne dépendent pas que des efforts fournis, que du travail.” Rachid Zerrouki est professeur dans un micro-collège, qui travail avec les élèves décrocheurs. Leur objectif : les réinsérer dans le système scolaire. Pour lui, 4 axes doivent être privilégiés pour aider les élèves en difficulté. Il ne faudrait pas stigmatiser l’élève en question, mais aussi donner plus de moyens pédagogiques et d'accompagnement humain aux écoles. Actrice dans le film "Un Monde", Maya a été victime de harcèlement scolaire

“Moi, qu'est-ce qui m'a permis dans ma carrière de comprendre certaines situations critiques ? C'est dans les petits moments, à la pause, lorsqu'on traverse le couloir, qu'on parle à tel élève, qu'on lui demande comment ça a été hier soir, où est-ce qu'il a passé son week-end… Et ça, c'est possible quand vous avez quinze élèves dans la classe”, explique Rachid Zerrouki. Soutenir les parents est aussi très important, vis-à-vis du travail qu'ils fournissent pour subvenir aux besoins de leurs enfants décrocheurs. Lutter contre le harcèlement est aussi un levier pour sauver un élève du décrochage. “Le harcèlement, ce n'est pas le fait d'un seul individu. C'est vraiment un phénomène de meute. Et donc, même si on arrive à mettre un terme au harcèlement de l'un, il y en a d'autres qui vont prendre le relais. Et si on n'arrive pas à voir le fléau comme il est réellement : comme un phénomène de groupe, je pense qu'on passe complètement à côté des réponses à apporter.” Depuis le suicide de sa fille, Nora combat le harcèlement scolaire

avatar
Brut.