retour

Dans "Au nom de la terre", Edouard Bergeon raconte l'histoire de son père agriculteur

"Il y a un agriculteur chaque jour qui se donne la mort en France. Là, en 2019." Dans "Au nom de la terre", Guillaume Canet joue le rôle d’un agriculteur à bout, qui ira jusqu’au suicide. C’est l’histoire du père du réalisateur, Edouard Bergeon. Il raconte.

Le réalisateur Édouard Bergeon raconte la difficulté du métier de fermier dans “Au nom de la terre”

Dans "Au nom de la terre" , Guillaume Canet joue le rôle d’un agriculteur à bout, qui ira jusqu’au suicide. C’est l’histoire du père de Édouard Bergeond, le réalisateur. Il raconte.

Dans le nouveau film d'Édouard Bergeon, "Au nom de la terre", Guillaume Canet incarne le rôle d’un agriculteur à bout, qui ira jusqu’au suicide. "Au nom de la terre" retrace l’histoire du père d'Édouard Bergeon, le réalisateur. (là tu te répètes)

Édouard Bergeon explique la difficulté du métier de fermier : « Il n’y a que dans l’agriculture qu’on peut travailler à perte. » Le réalisateur explique que ses parents « arrivaient à peine à se dégager un SMIC » à cause des frais de prise en charge des 7 000 chevreaux et d’une dépendance face au marché.

En 1989, un incendie ravage la ferme du père d'Édouard Bergeon. Il n’est pas assuré contre les pertes d’exploitation et perd 300 000 francs. Il reconstruit les bâtiments perdus et continue de faire grandir la ferme dans l’espoir de pouvoir rembourser les emprunts.

En 1997, le père d'Édouard Bergeons doit faire face à un second incendie qui détruit l’intégralité de la ferme. « Là, ont commencé plus de deux ans d’une descente jusqu’aux enfers, une dépression dont il n’a pas pu se relever » explique le réalisateur.

En 2019, un agriculteur par jour se donne la mort en France, informe Édouard Bergeon. Le réalisateur ajoute que la situation est pire aujourd’hui : « Un tiers des agriculteurs vit avec moins de 350 euros par mois ». À travers ses films et documentaires, Édouard Bergeon espère faire prendre conscience qu’il n’y a « pas de pays sans paysans »

16/09/2019 06:57mise à jour : 17/09/2019 14:43
  • 8.4M
  • 4.6K
Brut - Le livre

2846 commentaires

  • Christophe B.
    5 jours

    Éloquent...😑😇💙

  • Pierre-Yves G.
    11/10/2020 03:10

    Meme celui qui repond au premier besoin humain : la nourriture, est essoré dans un système financier ajusté pour l interet des autres jamais nommé.

  • Christophe M.
    10/09/2020 04:07

    À vouloir jouer avec les grands ( supermarché exct.) les agriculteurs se sont eux-mêmes tirés une balle dans le pieds.... Bien triste

  • Tinmar A.
    08/09/2020 10:56

    film pour toi ça

  • Jean-yves R.
    07/09/2020 21:23

    Ils nourrissent le monde entier mais personnes ne pensent que eux aussi doivent manger. Honte au gouvernement qui les laisse dans la merde jusqu'à s'en donner la mort !

  • Lyes M.
    06/09/2020 22:55

    Il faut faire une assemblée générale internationale entre les agriculteurs et les experts dans le monde pour résumer les problèmes de l'agriculture et au même temps pour trouver des solutions efficaces à ses problèmes de l'agriculture en générale .

  • Axelle T.
    04/09/2020 15:52

    tu l’as vue ??

  • Thibaud R.
    04/09/2020 10:44

    tu l’as vu son film? il faut qu’on essaye de le trouver ça devrait nous intéresser bien je pense 😊

  • Celine B.
    01/09/2020 19:00

    Deuil rruuf

  • Dkt C.
    01/09/2020 17:44

    un film pour Morgane et Jb

  • Maryse L.
    30/08/2020 12:04

    😭

  • Lolo D.
    29/08/2020 13:02

    Magnifique film avec de très bons acteurs

  • Bechet F.
    29/08/2020 12:19

    Il parle de charges cumulées , il ne parle pas des chiffres d'affaires et des recettes , toujours parlé du négatif de peur que les personnes ait l'idée de ce lancé dans le même domaine..........

  • Evelyne L.
    29/08/2020 07:15

    Respect.courage👍.monsieur une rose pour votre papa🌹de la haut votre papa doit etre fier de vous .👍

  • Jeannine M.
    29/08/2020 07:04

    Très beau film

  • Patrice M.
    27/08/2020 11:36

    Moi je dis il ne faut pas avoir plus grands yeux que grand ventre. La course aux subventions c'est bien beau, mais ceux qui vous les donne, vous les ont fait dépenser avant. Je dis ça, je dis rien. Pourtant je suis fils d'agriculteur, mon père avait une toute petite exploitation, ça n'a pas empêcher mes parents de partir en vacances toute les années depuis 1975, 1 semaine début juin, avant les foins, et les vacances à la ferme pour les gamins que ma mère accueillait, et 2 semaines en septembre après les moissons. Moi et mon frère étions tout contents de les remplacer pendant cette période. Certains au lieu de se plaindre feraient mieux de lire les fables de LaFontaine, il y a des morales qui sont encore très vraies.

  • Ahmet K.
    27/08/2020 03:19

    Courage

  • Dimitri T.
    25/08/2020 16:07

    Respect Monsieur !

  • Alex V.
    24/08/2020 18:17

    Putain j'ai adoré et a la fois ca m'inquiete pour tous ces gens qui triment et a qui on dicte tjrs de nouvelles normes qui les enfoncent encore plus... pour consommer des produits moins cher étrangers...

  • Maryse D.
    23/08/2020 19:08

    Et oui triste réalité....😥😥😥

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.