Dans les profondeurs de la Méditerranée : Laurent Ballesta raconte

"Je ne suis qu'à Marseille, qu'à Monaco ou à Nice et pourtant je suis dans une espèce de paradis sauvage." 28 jours à plus de 100 mètres de profondeur. C'est l'exploit réalisé par Laurent Ballesta et 3 autres plongeurs pour explorer les fonds marins de la Méditerranée. Il raconte cette expérience extraordinaire.

Laurent Ballesta a passé 8 jours à plus de de 100 mètres de profondeur. Brut l'a rencontré

Dans les profondeurs de la méditerranée : 28 jours à plus de de 100 mètres de profondeur pour explorer les fonds de la Méditerranée française. Cet exploit, c’est celui de Laurent Ballesta et trois autres plongeurs.

Laurent Ballesta, photographe naturaliste, le rappelle : si la Méditerranée semble luxuriante, elle n’est pas moins en danger. Grâce à un système de plongée emprunté à l’industrie pétrolière, l’équipe de l’expédition Gombessa 5 a exploré les fonds marins de Marseille à Monaco.

Entre 60 et 120 mètres de profondeurs se trouvent les récifs coralliens de la Méditerranée. Pour atteindre cette profondeur sans risque pour le corps humain, les plongeurs vivent dans une station pressurisée, à la surface. Grâce à un ascenseur, l’équipe de Gombessa 5 accède aux fonds marins.

Au fond de la méditerranée, Laurent Ballesta a vu des espèces animales encore jamais photographiées, mais il a aussi constaté la dégradation de la mer. Pollution chimique, macro-déchets plastique, surpêche ou nuisances sonores entachent la Méditerranée selon le plongeur.

De tous les déchets, ce sont ceux issus de la pêche qui sont les plus nombreux selon lui. Le réchauffement climatique est aussi remarquable, notamment par la prolifération des algues. Bien que conscient de la dégradation environnementale de la Méditerranée, Laurent Ballesta s’attache à montrer la beauté de la mer et sa biodiversité.

avatar
Brut.
31 août 2019 09:20