Fils d'un ancien nazi, Arnold Schwarzenegger partage son histoire

"Mon père a également été induit en erreur par des mensonges, et je sais où mènent ces mensonges." Son père avait rejoint le parti nazi en 1938. Choqué par l'assaut du Capitole, l'ancien gouverneur républicain de Californie Arnold Schwarzenegger partage ce souvenir douloureux.

Arnold Schwarzenegger s’insurge contre l'insurrection au Capitole et partage son histoire

Arnold Schwarzenegger partage son histoire et celle de son père, ancien nazi dans l’Autriche des années 30. Il compare cette période sombre à l'insurrection du Capitole du mercredi 6 janvier 2021 et s'inquiète de la montée de l'extrémisme au États-Unis.

“Ils ont brisé les idéaux que nous considérions comme acquis”

Arnold Schwarzenegger compare l’assault du Capitole, mercredi 6 janvier 2021, à la Nuit de Cristal, en 1938, lorsque les magasins des Juifs furent vandalisés sur l’ensemble du territoire du IIIème Reich. “La Nuit de Cristal était sous les fenêtres du Capitole des États-Unis. (…) Mais la foule n’a pas seulement brisé les vitres du Capitole. Ils ont brisé les idéaux que nous considérions comme acquis.

Les leçons apprises de son enfance

Arnold Schwarzenegger raconte une enfance passée en Autriche aux côtés d’anciens partisans nazis, détruits : “J'étais entouré d'hommes brisés, qui buvaient leur culpabilité d’avoir participé au régime le plus maléfique de l'histoire.

Il parle de cette population influençable, faible face à la manipulation du parti. “Beaucoup ont simplement suivi, pas à pas, la route. C'étaient les gens d'à côté”, explique-t-il.

Arnold Schwarzenegger explique les causes de la montée de l'extrémisme : “Tout avait commencé par des mensonges, et des mensonges, et des mensonges, et de l'intolérance."

Je sais qu'il y a une crainte dans ce pays, et dans le monde entier, que quelque chose comme cela puisse arriver ici même”, ajoute-il. Arnold Schwarzenegger insiste sur les dangers du “cynisme”, et de "l'égoïsme", même s'il conserve une certaine confiance en la force de son pays face à la menace radicaliste.

Le président Trump est un dirigeant raté

La bonne chose, c'est qu'il sera bientôt aussi insignifiant qu'un vieux tweet”, affirme Arnold Schwarzenegger. Il s’insurge contre les élus, mais aussi contre certains membres de son parti : “Je leur rappellerais ce que Teddy Roosevelt a dit : ‘Le patriotisme signifie soutenir le pays’. Ça ne signifie pas soutenir le président.

Arnold Schwarzenegger garde espoir quant à l’issue de cette crise politique : “Nous en sortirons plus forts parce que nous comprenons maintenant ce qui peut être perdu.

L’ex-gouverneur de la Californie conclut : "Nous devons regarder au-delà de nous-mêmes, de nos partis et de nos désaccords, et faire passer notre démocratie en premier."

avatar
Brut.