retour

Harcèlement : pour Anaïs Bourdet, témoigner ne suffit plus

Depuis 2012, elle recueillait la parole de femmes victimes de harcèlement sur sa page "Paye Ta Shnek". Victime de nouvelles agressions ce week-end, Anaïs Bourdet a décidé d'arrêter. Pour elle, témoigner ne suffit plus : il faut agir.

Harcèlement : pour Anaïs Bourdet, témoigner ne suffit plus

Depuis 2012, elle recueillait la parole de femmes victimes de harcèlement sur sa page “Paye Ta Shnek”. Victime de nouvelles agressions ce week-end, Anaïs Bourdet a décidé d'arrêter. Pour elle, témoigner ne suffit plus : il faut agir.

Un samedi soir, Anaïs Bourdet sort en club à Marseille avec une amie. À de multiples reprises, elle est « attrapée sur la piste de danse et forcée de danser avec des hommes ». Lorsqu’elle les écarte, elle se fait insulter raconte la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”. À sa sortie du club, « un homme s'est mis à me toucher et je lui ai dit que je ne voulais pas qu'il me touche. Et là, son pote, sorti de nulle part, débarque et se met à me menacer de mort » raconte Anaïs Bourdet.

Un peu plus tard, son amie se fait également agresser par un homme « On décide de s'en aller définitivement du lieu, sauf que devant, ce n'est pas fini. Un homme met une droite spontanée à une femme donc on est intervenues » témoigne Anaïs Bourdet. « On a fini, elle et moi, recroquevillées derrière une barrière, en larmes, en ayant appelé un taxi et en priant pour qu'il arrive le plus vite possible et qu'il n'y ait pas d'épisode supplémentaire » se souvient Anaïs Bourdet.

En 7 ans, Anaïs Bourdet a reçu plus de 15 000 témoignages de victimes de harcèlement. Elle les publiait ensuite sur sa page “Paye Ta Shnek”. Elle a décidé d’arrêter, après avoir été victime d’agressions ce week-end-là. Pour la créatrice de la page “Paye Ta Shnek” et son amie, c’est « une soirée de plus gâchée par des hommes ultra dominants à qui on n'a rien demandé, à qui on n'a pas adressé la parole, même pas un regard ». Pour Anaïs Bourdet, c’est l’épisode de trop. Deux raisons l’ont poussées à prendre cette décision.

« La première, c'est pour me préserver » déclare Anaïs Bourdet. « Accueillir la parole des victimes, c'est quelque chose qui est violent, puisque je suis moi-même victime de harcèlement dans l'espace public, mais aussi en ligne du fait d'être féministe un petit peu visible » raconte la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”. Anaïs Bourdet « n'arrive plus à lire les témoignages des victimes sans m'y reconnaître » et à prendre le recul nécessaire pour pouvoir « digérer toute cette violence ».

La seconde raison, c’est qu’Anaïs Bourdet estime que « témoigner ne suffit plus ». « Ça fait 7 ans qu'on prend la parole, Me Too, Balance ton porc sont passés par là, ça a été des mouvements très massifs. Pour autant, je suis incapable de vous dire que ces violences ont reculé » ajoute Anaïs Bourdet.

« Je ne veux plus non plus faire la promesse aux femmes si elles se font violence pour parler, on arrivera à changer les choses. Je n'y crois plus moi-même » poursuit Anaïs Bourdet. Pour la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”, « il faut passer à une autre étape ». Elle pense notamment à l’éducation : « ces comportements, on les fabrique ». Anaïs Bourdet souhaite que les enfants soient éduqués à l’égalité, dès la maternelle, « sans quoi, on continuera tous les ans à mettre des milliers de harceleurs sur le marché du harcèlement ».

Anaïs Bourdet conclut en s’adressant aux hommes: « Messieurs, s'il vous plaît, empêchez vos potes qui ont des comportements comme ça sous vos yeux. Intervenez quand vous voyez une femme qui est harcelée ou qui est agressée par un homme » demande Anaïs Bourdet. « Ce n'est pas un problème de femmes, puisque ce sont des hommes qui harcèlent des femmes, vous êtes aussi concernés. (…) Le but, ce n'est pas de latter les hommes pour avoir la paix. On veut avoir la paix tous ensemble » conclut Anaïs Bourdet.

26/06/2019 12:45mise à jour : 26/06/2019 16:47
  • 3.4M
  • 4.3K

489 commentaires

  • Margot E.
    07/08/2019 11:52

    Ce serait presque drôle, si ce n'était pas si triste, toutes ces femmes qui en viennnent à inventer des choses aussi extravagantes pour se rendre interessantes... Soignez-vous....

  • Pilarin O.
    30/07/2019 13:54

    Ces hommes sont certainement du style norvégien ??? 😡😡😡😡

  • Dany T.
    30/07/2019 12:42

    Il serait tant d’apprendre à vous défendre mesdames car les gouvernements successifs s’en foutent royalement les médias en grande partie tout autant. Œil pour œil dent pour dent Si tu m’agresse verbalement j’en ferais autant si tu me frappe je te frapperais à mon tour si tu me violente j’en ferais de même voilà la seule façon d’agir avec ces frustrés de la langue et de la « culotte » ils sont bien trop bête pour tenter de leur faire comprendre quelque chose on voit bien les commentaires débiles de certains sur ce post

  • Zoé B.
    29/07/2019 21:29

    on va faire gaffe

  • Fer A.
    28/07/2019 23:42

    Si ta été belle et sage les hommes te respect A votre âge en fréquente pas de club des jeune attend pas de compliment dans un club des mélange des gens en plus l’école joue son jeu Je vous souhaite bon courage et sois sage pour avoir le respect de sois même

  • Dyo G.
    28/07/2019 21:01

    elle a la gueule de la meuf qui fais trop chier le monde...rien que sa voix me fais gerber

  • Robert P.
    28/07/2019 20:17

    Tout ça le même soir,elle doit regarder la télé toute la semaine cette dame😃

  • Marceau V.
    28/07/2019 20:07

    Premièrement, impossible qu un homme te touche a moins qu il soit vraiment saoul, puis deuxièmement ton histoire est digne d'un grand film américain avec eddy Murphy ou il manque des coups de feux et des explosions mongole

  • Héla H.
    28/07/2019 18:17

    Bravo pour votre initiative initiale. Il n’est pas acceptable uniquement d’être dans le constat des violences faites aux femmes. Certains pays sont exemplaires en la matière et jamais un homme ne se permettrait le début de ce que vous dénoncez. Notre culture est la cause racine profonde de ces comportements.

  • Louise Q.
    28/07/2019 13:53

    La sécurité de l'établissement n'étant pas là pour équilibré se désordre d'intimidation

  • Val V.
    28/07/2019 12:40

    Bravo a vous pour votre persistance

  • Joe N.
    28/07/2019 12:33

    Faut se renseigner avant de sortir. Et surtout éviter les lieux où il y a plus de 2 cons au mètre carré. Ça fait beaucoup, je sais. Bonne journée 🙏

  • Eliud K.
    28/07/2019 11:33

    J ai du mal à y croire

  • Adrien C.
    28/07/2019 11:08

    petite voyage à Marseille ?

  • Daniel S.
    28/07/2019 09:27

    Vous pourriez donner au moins le nom de l’établissement et le signaler à la police

  • Ethan D.
    28/07/2019 09:13

    🔫

  • Naïma M.
    28/07/2019 08:24

    Mais vous sortez dans des endroits étranges... c'est du grand n'importe quoi. Un ramassé de conneries !

  • Jack C.
    28/07/2019 08:05

    Bienvenue dans un monde de brutes et dans une France qui autrefois, ça n'est pas si vieux, mettait en avant la courtoisie du flirt respectueux

  • Luigi D.
    28/07/2019 07:47

    Je suis sceptique sur ce temoignage les boite sur marseille ont toute des videurs pour veille a la tranquillité des personne il suffit de les appeler pour degage les sauvage ,surtout donne le nom de la boite pour denonce les fait ou bien donné l adresse ou elle ce trouve crla rt plus simple

  • Dominique P.
    28/07/2019 07:33

    Le départ du récit.....le club à Marseille non balancé......bref🤔....la violence sans aucunes objections existe, l'affabulation aussi......

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.