retour

Harcèlement : pour Anaïs Bourdet, témoigner ne suffit plus

Depuis 2012, elle recueillait la parole de femmes victimes de harcèlement sur sa page "Paye Ta Shnek". Victime de nouvelles agressions ce week-end, Anaïs Bourdet a décidé d'arrêter. Pour elle, témoigner ne suffit plus : il faut agir.

Harcèlement : pour Anaïs Bourdet, témoigner ne suffit plus

Depuis 2012, elle recueillait la parole de femmes victimes de harcèlement sur sa page “Paye Ta Shnek”. Victime de nouvelles agressions ce week-end, Anaïs Bourdet a décidé d'arrêter. Pour elle, témoigner ne suffit plus : il faut agir.

Un samedi soir, Anaïs Bourdet sort en club à Marseille avec une amie. À de multiples reprises, elle est « attrapée sur la piste de danse et forcée de danser avec des hommes ». Lorsqu’elle les écarte, elle se fait insulter raconte la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”. À sa sortie du club, « un homme s'est mis à me toucher et je lui ai dit que je ne voulais pas qu'il me touche. Et là, son pote, sorti de nulle part, débarque et se met à me menacer de mort » raconte Anaïs Bourdet.

Un peu plus tard, son amie se fait également agresser par un homme « On décide de s'en aller définitivement du lieu, sauf que devant, ce n'est pas fini. Un homme met une droite spontanée à une femme donc on est intervenues » témoigne Anaïs Bourdet. « On a fini, elle et moi, recroquevillées derrière une barrière, en larmes, en ayant appelé un taxi et en priant pour qu'il arrive le plus vite possible et qu'il n'y ait pas d'épisode supplémentaire » se souvient Anaïs Bourdet.

En 7 ans, Anaïs Bourdet a reçu plus de 15 000 témoignages de victimes de harcèlement. Elle les publiait ensuite sur sa page “Paye Ta Shnek”. Elle a décidé d’arrêter, après avoir été victime d’agressions ce week-end-là. Pour la créatrice de la page “Paye Ta Shnek” et son amie, c’est « une soirée de plus gâchée par des hommes ultra dominants à qui on n'a rien demandé, à qui on n'a pas adressé la parole, même pas un regard ». Pour Anaïs Bourdet, c’est l’épisode de trop. Deux raisons l’ont poussées à prendre cette décision.

« La première, c'est pour me préserver » déclare Anaïs Bourdet. « Accueillir la parole des victimes, c'est quelque chose qui est violent, puisque je suis moi-même victime de harcèlement dans l'espace public, mais aussi en ligne du fait d'être féministe un petit peu visible » raconte la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”. Anaïs Bourdet « n'arrive plus à lire les témoignages des victimes sans m'y reconnaître » et à prendre le recul nécessaire pour pouvoir « digérer toute cette violence ».

La seconde raison, c’est qu’Anaïs Bourdet estime que « témoigner ne suffit plus ». « Ça fait 7 ans qu'on prend la parole, Me Too, Balance ton porc sont passés par là, ça a été des mouvements très massifs. Pour autant, je suis incapable de vous dire que ces violences ont reculé » ajoute Anaïs Bourdet.

« Je ne veux plus non plus faire la promesse aux femmes si elles se font violence pour parler, on arrivera à changer les choses. Je n'y crois plus moi-même » poursuit Anaïs Bourdet. Pour la créatrice de la page “Paye Ta Shnek”, « il faut passer à une autre étape ». Elle pense notamment à l’éducation : « ces comportements, on les fabrique ». Anaïs Bourdet souhaite que les enfants soient éduqués à l’égalité, dès la maternelle, « sans quoi, on continuera tous les ans à mettre des milliers de harceleurs sur le marché du harcèlement ».

Anaïs Bourdet conclut en s’adressant aux hommes: « Messieurs, s'il vous plaît, empêchez vos potes qui ont des comportements comme ça sous vos yeux. Intervenez quand vous voyez une femme qui est harcelée ou qui est agressée par un homme » demande Anaïs Bourdet. « Ce n'est pas un problème de femmes, puisque ce sont des hommes qui harcèlent des femmes, vous êtes aussi concernés. (…) Le but, ce n'est pas de latter les hommes pour avoir la paix. On veut avoir la paix tous ensemble » conclut Anaïs Bourdet.

26/06/2019 12:45mise à jour : 26/06/2019 16:47
  • 2.2m
  • 2.7k

2005 commentaires

  • Célestin A.
    un jour

    Arrêtez les conneries elle est explosée personne veut finir sa soirée avec ça, même avec 10g dans chaque oreilles ...

  • Gilles B.
    un jour

    Vous commencez à faire chier avec vos vidéos d'harcèlement partout. Appelez la police au lieu de faire des vidéos sur internet

  • Paul G.
    un jour

    Oui moi je veux qu'avec une fille 6 mois elle était Infoman et moi aussi pareil quoi on faisait l'amour souvent et c'est passé que je lui dis Nathalie écoute moi si un jour tu as besoin de faire l'amour et que je suis même que je dors et bien réveillé moi et on fera l'amour et le jour arrivée car on était en train de dormir plutôt moi pas elle et elle m'a réveillé elle avait envie de faire l'amour et moi j'ai dit non laisse-moi dormir pour sa vie ce qu'elle a fait elle m'a giflé je lui ai fait l'amour mais après je lui ai fait le reproche je te dis quand tu feras ça la prochaine fois il peut faire ça respecte-moi je lui ai dit ça ira mal pour toi on en fera pas un homme une gifle parce qu'on veut faire l'amour voilà qu'est-ce que je dois dire donne-moi faut parler souvent des hommes vous les femmes les femmes qui savent pas c'est que toutes les femmes vont se mettre ensemble et nous les hommes on va prendre des poupées gonflables à cause de vous à cause de Simone Veil la foutu la merde partout faut pas qu'il n'est qu'une femme sur un esclave de l'homme sage contre moi souvent quand j'ai quelqu'un quand j'ai une fille avec moi une femme voilà j'ai pas marié mais j'ai souvent des conquêtes c'est comme ça malheureusement je ne vous ai pas mais c'est la vie je peux pas rester seul malheureusement le jour que Dieu le veut que je rencontre quelqu'un qui soit stable avec moi que je dis oui contraire moi si je suis un homme qui fait des cadeaux qui qui fait les anniversaires qui paye restaurant pourquoi pas ça moi c'est un peu pas me le sortir moi j'aime bien faire des cadeaux femme et les aimer la faire l'amour être présent voilà voilà mais bon voilà moi je dois pas porter plainte elle m'a fait ça elle m'avait giflé faut que je porte plainte que je veux que je fasse ben non tu vois arrêter les hommes arrêtez arrêtez je vous en supplie à cause de vous on devient plus homme c'est fini

  • Mascagne T.
    2 jours

    Oui en espérant que le taxi soit conduit par une nana... 🤔

  • Franck S.
    2 jours

    Vous votez pour qui ? Et qui sont ces hommes? Mâles blancs de plus de 50 ans ! Il faut vous y faire mesdames, on va tous se convertir...

  • Nicolas G.
    3 jours

    Il faut mieux choisir vos soirées c'est un lieu de sortie des proxénètes du coin ?

  • Thierry d.
    3 jours

    Drôle de boîte de nuit, et les videurs font QUOI???? , et les gendarmes, pas de plaintes ????, il ne faut plus aller dans les boîtes de nuit

  • Okbi K.
    3 jours

    Bonjour vous etes une femme courage je ne vis pas en france mais je condane fermement ce comportement d individus voyous et plus

  • Djiji R.
    3 jours

    A quoi ressemble généralement ces hommes ? Il y a t il des profils qui ressortent plus souvent ?

  • Alain H.
    3 jours

    J bu

  • Shakur L.
    3 jours

    Encore et encore les memes m****. Gnagnagni gnagnagna.

  • Roland J.
    3 jours

    QUE LES FEMMES ET LES HOMMES QUI SUBISSENT LES AGRESSIONS SE METTENT TOUS AU SELF DÉFENSE, COMME ÇA LES AGRESSEURS, TROUVERONT DU REPONDANT EN FACE...TOUT EN ACTIVANT LA JUSTICE À INTERVENIR DÈS LE SIGNALEMENT D'UN HARCÈLEMENT.

  • Mohamed G.
    3 jours

    Si des mal élever

  • Hacene B.
    3 jours

    Berber t v

  • Zafar K.
    4 jours

    Ta cas pas aller au club

  • Phil T.
    4 jours

    Bon, on sait très bien que tout les hommes ne sont pas ceux qu'elle décrit, et je comprend que ce type d'énergumènes mènent la misère aux femmes que vous êtes (ils m'ont aussi mené la vie dure dans ma jeunesse, le mâle alpha est une calamité pour toute la société). Ce qui me gène dans sa plainte c'est la première phrase , "samedi dernier, j'étais en club...", ok elle a le droit d'aller en club, mais elle devait connaitre la population qu'elle allait y trouver, elle aurait donc peut être du le boycotter ce club. Je veux dire que si les femmes ne vont plus dans ces clubs de merde et qu'on monte nos propres environnements à l'abris de ces hommes à la testostérone sur-développée ...ces clubs de merde vont fermer. Et nous aurons des endroits où danser plus intéressants et où nous pourront les interdire d'entrer. La dénonciation c'est sympa, mignon, mais inutile, l'action et la création me semble plus efficaces. Faites en ce que vous voulez et même une critique, j'adore débattre :)

  • Emanuel P.
    4 jours

    bien sûr

  • Marc M.
    4 jours

    Mais pourquoi elle ne donne pas le nom de la boîte?

  • Rémy T.
    4 jours

    Si vous aller dans un club où il se passe tout ça, il faudrait aller voir le patron et lui dire, c’est à lui de mettre un service d’ordre efficace, sinon passer le mot que le club est infréquentable.

  • Florent L.
    4 jours

    Quand ont est en boite de nuit faut pas s'étonner de se faire draguer sinon il faut faire du tricot à la maison