Interview Brut : Carola Rackete de l'ONG Sea-Watch

"La France a une énorme responsabilité en ce qui concerne les migrants africains à cause de son passé colonial." Elle a secouru de nombreux migrants en détresse en Méditerranée avec l'ONG Sea-Watch. Carola Rackete appelle la France à assumer sa responsabilité dans la crise migratoire.

Carola Rackete de l'ONG Sea-Watch appelle la France à assumer sa “responsabilité historique” dans la crise migratoire

Lors d’une opération en tant que capitaine du Sea-Watch 3, Carola Rackete risque sa liberté afin de venir au secours d’une quarantaine de migrants. À sa sortie de détention, elle demande à la France d’assumer sa responsabilité dans la crise migratoire. Voici en quoi consiste sa lutte.

Carola Rackete a porté secours à de nombreux migrants en détresse alors qu’elle était capitaine pour l’ONG Sea-Watch. En juin 2019, après 17 jours d’errance sur le bateau humanitaire “Sea-Watch 3”, elle n’a pas d’autres choix que de forcer l’entrée du port italien de Lampedusa. Cela lui permet de faire débarquer 42 naufragés secourus en Méditerranée.

Dès son arrivée, la jeune femme est arrêtée par la police italienne et placée en détention.

Désormais libre, elle souhaite que l’Europe ainsi que la France assument leur responsabilité dans la crise migratoire : “ L’un des pays qui a une énorme responsabilité historique particulièrement en ce qui concerne les migrants africains, est la France, à cause de son passé colonial ”, explique Carola Rackete.

De plus, l’ancienne capitaine en est certaine : les gouvernements doivent radicalement changer leur système économique. Celui-ci serait responsable du réchauffement climatique et d’une pauvreté croissante à l’origine des " conditions dans les pays d’origine " des rescapés.

Carola Rackete s’adresse aux Français : “ Le problème, c’est l’inconnu ”. Elle encourage donc à aller à la rencontre des migrants afin de connaître leurs histoires et de ne plus les voir comme une “menace”.

avatar
Brut.
26 septembre 2019 09:57